Avalanche mortelle en Savoie. Au moins cinq militaires ont perdu la vie lundi, emportés dans une avalanche dans le secteur hors-piste de la station de ski de Valfréjus, a-t-on appris auprès de Jean-Claude Raffin, maire de Modane. C'est dans cette commune que les militaires du 2e Régiment étranger de génie de Saint-Christol (Vaucluse) étaient logés dans le cadre d'un stage d'aguerrissement avant des opérations. Les victimes venaient d'Europe de l'est et du Népal.

Huit militaires ont par ailleurs été blessés, deux se trouvant en état d'hypothermie, dont un a été hospitalisé à Grenoble en urgence absolue. Une cinquantaine de militaires évoluaient sous le Col du Petit Argentier, vers 13 heures, quand l'avalanche s'est déclenchée. Au total, treize personnes ont été emportées par la coulée de neige. D'importants secours ont été déployés sur place. La CRS Alpes a notamment envoyé 3 hélicoptères avec sept secouristes et trois maîtres-chiens. Ensevelis à trois ou quatre mètres sous la neige, les militaires ont été retrouvés grâce à leur détecteur de victimes d'avalanche.

Une enquête ouverte

Le parquet d'Albertville a ouvert une enquête en flagrance en recherche des causes de la mort, a indiqué une source judiciaire. Elle doit déterminer les circonstances de l'accident avant un éventuel transfert du dossier à un parquet à compétence militaire, si des éléments venaient étayer la piste de l'homicide involontaire. "Il faut qu'on comprenne ce qui s'est passé, la nature du risque et la dimension technique, et on verra ensuite s'il y a matière à compétence militaire", a précisé la source judiciaire.

François Hollande a exprimé "la solidarité de la Nation" après le drame, et "adresse ses condoléances à leurs familles et à leurs proches et leur exprime la solidarité de la Nation", indique un communiqué de l'Elysée. François Hollande "assure leurs camarades blessés de son soutien et leur souhaite un prompt rétablissement". Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian se rendra mardi matin sur place.

À LIRE AUSSI
>> Trois personnes, dont deux lycéens, meurent dans une avalanche en Isère
>>
"Les règles de sécurité ne sont pas à prendre à la légère"