Le professeur d'E.P.S qui accompagnait la classe de lycéens qui a été prise dans une avalanche le 13 janvier dernier a été mis en examen pour homicides involontaires, selon son avocate interrogée par l'AFP. Deux élèves avaient trouvé la mort lors de cette avalanche, ainsi qu'une troisième personne, de nationalité ukrainienne. 

En manque d'autorité

Le professeur qui accompagnait les élèves lors du drame avait été l'une des premières victimes secourues par les équipes de sauvetage. Il avait rapidement été placé en garde à vue après que plusieurs témoins, dont certains élèves eux-mêmes, avaient révélé qu'ils avaient délibérément bravé l'interdiction d'accès à la piste noire, jugée trop dangereuse et donc impraticable. 

Selon le Procureur de la République, le professeur avait sciemment laissé ses élèves pénétrer dans une zone interdite. Plus tard, c'est la personnalité de l'enseignant qui avait intéressé les enquêteurs. Dans Le Parisien, certains de ses anciens élèves évoquent un professeur en "manque d'autorité", le "bouc émissaire des élèves".

Dès lors, certains imaginent que l'enseignement décrit comme "prudent" ait pu être débordé par son groupe. "C'était le meilleur skieur de tous les profs, c'est pour ça qu'il accompagnait le groupe le plus fort. Je n'imagine pas une seconde qu'il ait pu les entraîner sur cette piste. En revanche, je vois bien les élèves partir devant sans son accord, et lui les suivre", témoignait Lucas dans le journal. 

Suivi psychologiquement

Le procureur de la République à Grenoble a diligenté des expertises destinées à "déterminer l’état psychiatrique de ce professeur et sa capacité à encadrer un groupe". Si l'état psychologique fragile de l'enseignant est avéré, la question de savoir comment la responsabilité d'un groupe d'adolescents a pu lui être confiée se posera. L'enquête pourrait alors se pencher sur les responsabilités de sa hiérarchie et de l'établissement scolaire. Lesquels, interrogés par metronews, ont refusé de commenter l'affaire.

EN SAVOIR +
>> Le professeur venait de faire un séjour en hôpital psychiatrique
>> Le professeur en garde à vue pour homicides involontaires
>> "Les règles de sécurité ne sont pas à prendre à la légère"