L'information est confirmée par la gendarmerie locale : en Isère, à la station des Deux-Alpes, une dizaine de lycéens et leur professeur ont été emportés par une avalanche. Le bilan est en train de s'aggraver d'heure en heure. En fin de journée, trois personnes étaient décédées : il s'agit de deux élèves, une jeune fille de 16 ans et un garçon lui aussi élève de première, ainsi qu'un Ukrainien extérieur au groupe, d'après la préfecture de l'Isère.  

D'après le Dauphiné Libéré, journal local, l'avalanche s'est produite vers 15 h 45 ce mercredi, sur le domaine skiable des Deux-Alpes. La coulée s'est déclenchée sur une piste noire de la station, sur le secteur de Bellecombe, fermée depuis le début de la saison. 

Les opérations de recherche se poursuivent

Les adolescents victimes de l'avalanche faisaient partie d'un groupe de 19 élèves et trois encadrants du lycée Saint-Exupéry de Lyon. Tous les autres sont "sains et saufs" et vont être reconduits en car à leur lycée du quatrième arrondissement de la ville, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur.

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, devait s'y rendre dans la soirée pour accueillir les élèves rescapés. Les recherches se poursuivaient en début de soirée pour retrouver d'éventuelles autres victimes. Mais "à ce stade, on ne nous a pas signalé l'absence d'une personne qui aurait pu être emportée", a précisé le commandant du groupement de gendarmerie de l'Isère, le colonel Jean-Luc Villeminey. "Tant que nous n'aurons pas levé totalement le doute, nous ne lèverons pas les recherches qui consistent à s'assurer que personne n'est resté sous la coulée de neige", a-t-il souligné.

Une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte par procureur de la République de Grenoble, qui devra faire "toute la lumière sur les circonstances de cette tragédie", indique dans un communiqué le ministère de l'Intérieur. Pour quelle raison l'accompagnant qui est lui-même blessé les a amenés sur cette piste non ouverte ( ) c'est l'enquête judiciaire qui le dira", a commenté le ministre de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner sur Europe 1. "Comment peut-on imaginer d'emmener des enfants, après des périodes de neige forte, sur une piste qui était fermée ?", s'est-il interrogé tandis que le risque d'avalanches était connu.

Les Deux Alpes sont une station de l'Oisans, à une soixantaine de kilomètres de Grenoble, qui s'élève jusqu'à 3.600 mètres d'altitude. Après les premières importantes chutes de neige de la saison, début janvier, les autorités avaient mis en garde contre le risque élevé d'avalanches sur les Alpes. "C'est une avalanche de 20 mètres de large, sur 100 mètres de dénivellation et 300 mètres de long. Un cas typique de plaque à vent, c’est-à-dire d'une plaque de neige formée par le vent très fort des derniers jours. La neige fraîche a trop peu adhéré", a précisé à l'AFP Dominique Létang, directeur de l'Agence nationale pour l'étude de la neige et des avalanches.

Début janvier, quatre personnes avaient déjà perdu la vie dans les Alpes françaises dans des avalanches: deux alpinistes lituaniens tués le 3 janvier en Haute-Savoie, au-dessus d'Argentière, puis un skieur espagnol et un skieur tchèque le 5 janvier en Savoie.

A LIRE AUSSI >> Une avalanche fait deux morts dans le massif du Mont-Blanc