La mort pour quelques dizaines de grammes de haschich. Vincent Petrone, 43 ans, a été formellement inculpé, jeudi sur l'île indonésienne de Bali, de trafic de drogue, un crime passible de la peine de mort. Quatre capsules, totalisant 69 grammes de hachisch, ont été retrouvées dans son estomac. Domicilié à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, il est inculpé d'importation illégale de plus de cinq grammes de stupéfiants. Les juges n'ont cependant pas pour habitude d'infliger la peine capitale pour des quantités aussi limitées.

Les faits remontent au 29 janvier. Le quadragénaire a l'air "très pressé de vouloir quitter l'aéroport" à sa descente d'un vol en provenance de Kuala Lumpur, selon le représentant de l'accusation. Une attitude qui intrigue les douaniers. Ceux-ci décident alors de lui faire passer des radios qui révèlent la présence des quatre capsules, soit une valeur marchande d'environ 42 millions de roupies (3.200 euros).

"Pas d'objections" aux chefs d'accusation

Lors d'une très brève audience préliminaire devant le tribunal de Denpasar, à Bali, le Français s'est contenté d'indiquer, par l'intermédiaire d'un traducteur, qu'il ne se sentait "pas trop bien" mais qu'il était "capable" d'assister à la séance. Le visage pâle et visiblement nerveux, il a par la suite répondu qu'il n'avait "pas d'objection" aux chefs d'accusation pesant contre lui. Le début du procès a été fixé au 25 avril.

Si les condamnations à mort sont rarement exécutées pour les étrangers, elles ont tout de même repris à la mi-mars, après une interruption de cinq ans, avec la mort par balles d'un ressortissant du Malawi. Un Français, Serge Atlaoui, avait été condamné à la peine capitale en mai 2007 pour avoir travaillé dans une unité de production d'ecstasy. Détenu sur l'île de Java, il tente d'obtenir une révision de son procès, affirmant qu'il ne savait pas que l'usine fabriquait de la drogue. Deux autres Français purgent de longues peines de prison pour trafic de stupéfiants : Gérard Debetz, la perpétuité et Michaël Blanc, 20 ans.