Elle veut devenir princesse à 45 ans. Delphine Boël, artiste plasticienne de profession, prétend en effet être la "fille naturelle" du roi des Belges Albert II. Et elle entend bien le prouver devant la justice, en citant à comparaître devant le tribunal de première instance de Bruxelles le souverain, le prince héritier Philippe, 53 ans, et la princesse Astrid, 51 ans.

Pour Delphine Boël, qui porte le nom de son père légal, Jacques Boël, issu d'une famille de riches industriels anoblis, sa mère, la baronne Sybille de Selys Longchamps, aurait eu, dans les années 1960, une liaison avec Albert, alors Prince de Liège et marié depuis 1959 avec Paola Ruffo di Calabria. Le roi a d'ailleurs reconnu à demi-mot, mais jamais officiellement, l'existence de cette fille naturelle, en évoquant "la crise" que son "couple a traversée il y a plus de 30 ans".

Ressemblance physique

Selon la chaîne de télévision publique RTBF, Delphine Boël, dont la ressemblance physique avec Albert II n'est pas inexistante, a saisi la justice pour faire établir, grâce à un test ADN, son lien de parenté avec le prince héritier Philippe, et donc indirectement avec le roi. Une audience est prévue au tribunal de Bruxelles le 25 juin.

"On peut deviner l'objet de cette démarche", a indiqué un porte-parole de la maison royale. Il a ajouté que le Palais "ne se prononçait pas" sur une action "relevant de la vie privée" de la famille royale et étant, en outre, "dans les mains de la justice". Mais si d'aventure cette dernière donnait raison à Delphine Boël, il n'est pas dit que les retrouvailles avec ses trois frères et sœur, Philippe, Astrid et Laurent, se fassent dans les meilleures conditions.