Voilà des athlètes qui peuvent prétendre avoir été dopé "à l'insu de leur plein gré"... ou avoir été pigeonnés. Des pigeons voyageurs participant à des compétitions de la Fédération colombophile belge ont été contrôlés positifs à divers produits, a rapporté jeudi la presse belge flamande. Parmi les substances détectées, de la cocaïne, un antidouleur, ou encore un antifièvre. C'est un laboratoire sud-africain qui a décelé la triche, qui concerne 6 animaux sur les 20 testés.

Enjeux financiers en plein essor

La colombophilie, sport qui consiste à élever et à faire concourir les pigeons voyageurs, semble pourtant bien loin des médiatiques Tour de France ou de l'athlétisme au JO, disciplines régulièrement touchées par des scandales de dopage. Si l'on en croit Wikipédia, cette ancestrale activité risquait même de tomber en désuétude, faute de renouvellement des générations de colombophiles.

Mais l'arrivée sur le marché de riches collectionneurs chinois a fait connaître un fort essor économique à la discipline ces dernières années. Ainsi "Bolt", le dernier champion issu des pigeonniers belges, a pu trouver un acquéreur pour 310.000 euros... Des enjeux financiers qui s'accompagnent donc de phénomènes de vols dans les élevages, de rackets et donc de dopage. A quand une opération "pigeons propres" ?