La police allemande a mené une vaste opération antiterroriste jeudi à Berlin et perquisitionné plusieurs foyers de réfugiés. Trois personnes, soupçonnées d’avoir préparé "un acte grave menaçant la sécurité de l’Etat", ont été arrêtées dans l'ouest et le nord du pays. "Un couple d’Algériens, vivant dans un centre de réfugiés à Attendorn (à 80 km de Cologne) a été arrêté sur la base de mandats d’arrêt de leur pays d’origine car ils sont suspectés d’appartenir à l’État islamique", a indiqué le parquet de Berlin, précisant que l'homme "aurait été formé aux armes en Syrie".

Dans la peau de migrants syriens

Un autre Algérien, soupçonné d'avoir confectionné de faux papiers, a également été arrêté à Berlin. Selon l’agence DPA, l'un des trois suspects se serait récemment rendu dans le quartier de Molenbeek, en Belgique, d’où sont originaires quatre terroristes des attentats du 13 novembre. Pour autant, ni arme ni explosif, n'ont été retrouvés lors des perquisitions. Les téléphones des suspects sont en cours d’analyse pour tenter de trouver des indices confirmant la thèse de l'attentat.

Selon la police berlinoise, certains suspects auraient emprunté la route des Balkans pour rejoindre l'Allemagne et se seraient présentés comme des Syriens pour obtenir le droit d'asile. Au total, 450 policiers, dont certains appartenant à des unités spéciales, ont été mobilisés. Cette opération intervient alors que les festivités du carnaval ont débuté dans l'ouest du pays et notamment à Cologne. Des mesures de sécurité exceptionnelles ont été mises en place.

A LIRE AUSSI >> Carnaval de Cologne : la fête (et ses règles) expliquées aux migrants