On a connu fin de mandat plus glorieuse. A 76 ans, le maire de Biarritz vient d'être mis en examen pour soustraction, destruction, détournement de fonds publics ou d'effets publics, immixtion dans une fonction publique, mesures destinées à faire échec à la loi. Une liste vertigineuse pour laquelle l'élu MoDem risque 10 ans de prison, a indiqué le parquet de Bayonne mercredi. Ces faits sont également reprochés à Xavier Blaisot, directeur de la police municipale de Biarritz.

Un système Borotra ?

En cause : 5 512 amendes qui auraient "sauté" entre janvier 2009 et mai 2013, soit un manque à gagner de l'ordre de 120.542 euros pour la ville. L'affaire a débuté après des "signalements venant de sources multiples qui démontraient que des procès-verbaux, de manière récurrente, étaient interrompus au niveau de la police municipale de Biarritz", a expliqué la procureure de la République à Bayonne, Anne Kayanakis. En 2010, l'autorité préfectorale ordonne alors une vérification financière de la régie de la police municipale de décembre 2010 à mars 2011. Deux ans après, la direction des finances publiques des Pyrénées-Atlantiques établit de manière formelle cette pratique conduisant à l'ouverture d'une information judiciaire.

Maire de la cité basque depuis 1991, sénateur de 1992 à 2011, Didier Borotra a contesté les chiffres avancés. Dans le journal Sud Ouest, qui a révélé l'affaire, l'élu évoque seulement des PV annulés au bénéfice de personnes handicapées ou âgées, des commerçants ou encore des infirmières et des médecins ou encore le "manque de discernement de la police municipale".