Trois jours après sa disparition, le sort du Boeing 777 de Malaysia Airlines et ses 239 passagers demeure une énigme. En l'absence de toute trace au large du Vietnam de l'avion qui effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin, les proches des victimes commencent à perdre patience. Surtout qu'un nouvel élément est venu ce lundi jeter le trouble auprès des enquêteurs.

Selon le Washington Post, certaines familles ont tenté sans grand espoir de téléphoner aux passagers. Résultat : des numéros de téléphone qui continueraient de sonner. Une surprise pour des appareils qui, en théorie, devraient être hors-service s'ils sont immergés ou si l'avion s'était désintégré. Selon le site China.org, 19 familles ont signé un communiqué attestant que plusieurs numéros de téléphone sont toujours actifs. Objectif ? Convaincre les autorités de traquer ces téléphones pour retrouver la trace de l'avion.

Elément troublant

Décontenancée par cette information, la compagnie aérienne Malaysia Airlines s’est essayée au même exercice en appelant les membres de l’équipage sur leurs téléphones portables. Pour un verdict identique, même si personne ne répond au bout du fil. Autre élément troublant, les familles ont également découvert que certains des passagers étaient encore connectés sur QQ, le service de messagerie instantanée chinois.

Le Boeing 777-200 transportait 239 personnes, dont deux enfants en bas âge. Outre les 153 Chinois et quatre Français (dont trois élèves du Lycée français international de Pékin), se trouvaient à bord 38 Malaisiens, sept Indonésiens, six Australiens et trois Américains. Si l'avion s'est abîmé en mer, il pourrait s'agir de la catastrophe aérienne la plus meurtrière d'un avion de ligne depuis 2001, date de l'accident d'un Airbus A300 d'American Airlines qui avait fait 265 morts aux Etats-Unis.