L'incident diplomatique s'est produit jeudi dernier. Trois femmes qui se promenaient dans le centre-ville de la capitale belge ont demandé leur chemin, en anglais, à un passant qui s'avérait être Jean-Marie Pire, le chef du protocole de la Ville de Bruxelles. La fonction de celui-ci consiste à accueillir — avec politesse et diplomatie — les invités prestigieux à l'hôtel de ville.

N'appréciant pas que la touriste lui ayant posé cette question porte un niqab, il a refusé de répondre et lui a arraché son voile, rapporte le quotidien belge Het Laatste Nieuws (en néerlandais)  relayé par La Libre.be.

"Je ne parle pas à des femmes dont je ne vois pas le visage"

Le haut fonctionnaire a expliqué son geste : "J'ai répondu que je ne parlais pas à des femmes dont je ne vois pas le visage (...) Ma réponse voulait lui faire comprendre que le port du niqab était interdit en Belgique. Comme elle ne semblait pas me comprendre, je lui ai arraché son voile. Je n'aurais pas dû le faire, je le reconnais, mais ce qu'elle faisait était également illégal."

La jeune femme, qui est en réalité une princesse qatarie a en effet écopé d'une amende car le voile intégral, qui laisse uniquement apparaître les yeux, est interdit en Belgique. La princesse a, pour sa part, déposé plainte et affirme que le chef du protocole lui a arraché ses boucles d'oreille en tirant sur le voile, toujours selon la presse belge.

L'ambassade du Qatar a confirmé l'incident mais s'est refusée à le commenter. Selon certains témoignages dont font état  Het Laatste Nieuws, Jean-Marie Pire était ivre au moment des faits. Ce que l'intéressé dément catégoriquement.