Le Britannique Robert Lawrie, poursuivi pour avoir tenté de transporter clandestinement une fillette afghane de la "Jungle" de Calais vers l'Angleterre, a été condamné à une amende de 1000 euros avec sursis jeudi par le tribunal de Boulogne-sur-Mer.

Condamné pour avoir mis l'enfant en danger

Le tribunal a relaxé cet ancien soldat des faits d'aide au séjour illégal, mais l'a condamné pour mise en danger de la vie d'autrui au vu des "conditions de transport de la petite fille" dans une camionnette. Une peine de 1000 euros d'amende avait été requise plus tôt, pour ce même délit. "Parce que la fin ne justifie pas les moyens. Ce n'est pas parce qu'on veut aider une enfant qu'on peut l'aider en mettant sa vie en danger", avait fait valoir le procureur.

Robert Lawrie, 49 ans, ancien soldat devenu dirigeant d'une entreprise de nettoyage, avait commencé cet été à se rendre dans la "Jungle", désireux d'aider les migrants. Il y avait rencontré le père d'une petite Afghane. Selon le prévenu, ce père lui avait alors demandé d'emmener son enfant de quatre ans dans le nord de l'Angleterre, où celui-ci a de la famille.

EN SAVOIR + >> Il risque la prison pour avoir aider une réfugiée afghane

"Ce que j'ai fait était stupide"

Le Britannique avait accepté et était arrêté par la police des frontières française fin octobre, les chiens de la police découvrant également deux Érythréens adultes à l'arrière de sa camionnette, cachés selon lui à son insu. Poursuivi pour aide au séjour irrégulier uniquement pour le cas de la jeune fille, le parquet ayant classé sans suite le transport des deux Érythréens, il risquait jusqu'à cinq ans de prison et une amende de 30.000 euros.

A la barre un peu plus tôt dans la journée, l'ancien soldat avait tenu à prendre la parole : "C'était irrationnel, je n'ai pas bien réfléchi. J'ai essayé de faire en sorte qu'elle puisse rejoindre sa famille qui habitait à seulement huit miles de Leeds où j'habite", a-t-il indiqué. "Ce que j'ai fait était stupide, j'étais émotionnellement épuisé. Je suis désolé", a-t-il dit, apparaissant très ému et s'excusant à plusieurs reprises auprès de président du tribunal.

A LIRE AUSSI
>> 
Drame des migrants : et moi, comment puis-je concrètement les aider ?
>> "Jungle" de Calais : la justice ordonne des mesures sanitaires d'urgence