En quelques lignes, Natacha Bouchart invite les "Calaisiens et Calaisiennes touchés par les nombreux squats de migrants sur Calais" à envoyer un mail.
En quelques lignes, Natacha Bouchart invite les "Calaisiens et Calaisiennes touchés par les nombreux squats de migrants sur Calais" à envoyer un mail. Photo : Capture écran Facebook

Pour Natacha Bouchart, la politique se joue aussi sur Facebook. Photos des inaugurations, compte-rendu des conseils municipaux... La très connectée maire UMP de Calais est hyperactive sur le réseau social où ses milliers d'administrés suivent jour après jour son quotidien. Sauf que, mercredi soir, ils ont pris connaissance d'un message peu banal.

En quelques lignes, Natacha Bouchart invite les "Calaisiens et Calaisiennes touchés par les nombreux squats de migrants sur Calais" à envoyer un mail. Objectif : permettre à la police d'intervenir "en utilisant une procédure spécifique uniquement valable dans un délai de 48 heures à partir du constat d'intrusion." Un appel à la délation qui n'est pas passé sur sa page Facebook, où les réactions se multiplient.

"Eviter que des squats s'installent"

"Tout le monde sait bien que ce sera impossible", s'indigne Chloé. Jacques, lui, est plus virulent : "Que de la haine nauséabonde qui rappelle la délation d'antan ! A gerber ! On leur met une étoile aussi ?" D'autres saluent l'initiative de la maire, évoquant "un devoir pour éviter des débordements."

Du coté de la mairie, on se défend de toute polémique. Le cabinet de Natacha Bouchart a en effet expliqué que le but de cette démarche était de "faire de la prévention" et d'éviter que des drames surviennent. "Eviter que des squats s'installent, c'est éviter de futurs incidents qui pourraient être graves comme ils l'ont déjà été".