Il y a quelques jours, son compatriote Rob Lawrie avait écopé d'une simple amende de 1.000 euros avec sursis pour des faits similaires. Roisin B., jugée pour avoir voulu faire passer un adolescent syrien en Angleterre, s'est vue infliger une peine bien plus sévère devant la cour d'appel de Rouen : cette Britannique de 41 ans a été condamnée mercredi à un an de prison, dont neuf mois avec sursis. Elle devrait néanmoins pouvoir bientôt rentrer chez elle puisqu'elle a déjà effectué une grande partie de sa peine.

Un coup de main payé 650 euros

En novembre dernier, cette serveuse londonienne, par ailleurs escort-girl occasionnelle, avait été interpellée à Dieppe alors qu'elle s'apprêtait à prendre le ferry pour Newhaven. Dans son coffre, la police de l'air et des frontières avait découvert un adolescent syrien de 15 ans, qu'elle avait dissimulé pour le faire passer clandestinement en Angleterre après être allée le chercher dans la "jungle" de Calais.

Si elle s'était engagée dans cette entreprise, c'est sur la demande d'un Irakien ayant réussi à passer en Angleterre après avoir séjourné à Calais. Cet homme, qui avait connu Roisin B. quelque temps auparavant, lorsqu'elle était elle aussi dans le camp de migrants en tant que bénévole, lui avait donné 500 livres (650 euros) pour ramener l'adolescent. Elle avait accepté "pour des raisons humanitaires".

"On a voulu faire passer un message"

Jugée en première instance et en comparution immédiate en novembre par le tribunal correctionnel de Dieppe, "l'escort-girl au grand cœur", comme la surnomme Paris Normandie, avait écopé d'un an de prison ferme avec mandat de dépôt, mais avait fait appel.

Son avocate a réagi à sa condamnation en estimant qu'"on a voulu faire passer un message pour que Dieppe ne devienne pas une passoire à migrants". Maître Najma Ouchene a réaffirmé que sa cliente n'avait pas fait cela pour des raisons financières. Par le passé, "elle avait retiré de l'argent de son compte pour aider des migrants de Calais", a-t-elle affirmé. "Mais ses activités d'escort-girl ne l'ont pas aidée", a ajouté l'avocate, expliquant qu'elle a été soupçonnée d'accepter facilement d'être payée.

EN SAVOIR + >>
1000 euros d'amende pour le Britannique qui avait aidé une petite fille afghane à Calais