Cette semaine, les pouvoirs publics se mobilisent pour promouvoir la prévention et le dépistage du cancer du col de l'utérus. Cette maladie mal connue du grand public peut avoir de lourdes conséquences sur la santé des femmes qui en sont atteintes. Mais la bonne nouvelle c'est que, grâce à la prévention et au dépistage, la maladie peut être évitée.

Le docteur Jean Luc Mergui, Président de la SFCPCV (société française de colposcopie et de pathologie cervico-vaginale) expose à metronews tout ce qu'il faut savoir pour être protégée le mieux possible.

 Le cancer du col de l'utérus, qu'est-ce que c'est ?
"Le cancer de l'utérus est toujours causé par la persistance d'un virus nommé papillomavirus. 80% des personnes ayant une vie sexuelle active le contracteront mais, la plupart du temps, le corps se charge de le détruire. Toutefois, dans 10% des cas, le virus résiste et chez ces femmes cela peut entraîner des lésions précancéreuses et si ces dernières ne sont pas dépistées à temps, un cancer du col de l'utérus."

► Pourquoi le vaccin est incontournable.
Le docteur Mergui est formel : "Le vaccin est la seule façon d'éviter que le virus ne se développe. C'est l'arme la plus efficace pour se protéger contre les papillomavirus 16 et 18 qui concernent 80% des cas. D'autre part, aucune étude n'a formellement prouvé que ce vaccin pouvait être lié à des cas de sclérose en plaques." Les rumeurs que vous pouvez entendre sont donc infondées. Et le docteur de rappeler les chiffres : "140 millions de doses ont été inoculées de par le monde." 

EN SAVOIR + >> Cancer du col de l'utérus : l'OMS recommande deux doses de vaccin

Si le vaccin est utile pour éviter l'apparition de lésions il protège de fait contre les chirurgies qui les traitent (lasers, conisation) et qui peuvent être traumatiques pour le col de l'utérus. A terme, cela peut poser des problèmes pour de futures grossesses. "Ces traitements peuvent, dans certains cas, endommager le col et favoriser des accouchements prématurés."

► Quand faut-il se faire vacciner ?
"Le cœur de cible le plus efficace se situe entre 11 et 14 ans." Mais rassurez-vous, on peut aussi bénéficier d'un délai supplémentaire. "Entre 15 et 19 ans, disons qu'il y a une session de rattrapage qui donne encore de très bons résultats", rassure le docteur.

► A quel moment faut-il se soumettre à un frottis ?
"Que l'on soit vaccinée ou pas, le frottis doit être fait tous les trois ans à partir de 25 ans et jusqu'à 65 ans. Encore trop de femmes ne le font pas sur des bases régulières puisque seuls 60% d'entre elles s'y soumettent. Encore une fois, si le frottis est fait à temps, il repère des lésions précancéreuses et donc il permet de prévenir la maladie et non de la diagnostiquer et cela en matière de cancer c'est totalement inédit."

À LIRE AUSSI
>> Comment prévenir le cancer du col de l'utérus ?
>> Cancer du sein : Marie, 35 ans, raconte
>> Une mammographie tous les deux ans peut vous sauver la vie