"C'est la première fois que l'on voit Valérie Trierweiler exactement dans son rôle de Premier dame", jugeait jeudi matin Christophe Barbier dans son édito sur i>Télé. La compagne de François Hollande, discrète ces derniers mois, a été aux avants-postes lors de l'annonce de la libération de Florence Cassez : elle s'est rendue mercredi soir au domicile parisien de Jean-Luc Roméro, le président du comité de soutien de l'ex-prisonnière du Mexique, pour attendre les délibérations de la Cour suprême du Mexique au côté de ses proches. Et elle y a été accueillie les bras ouverts. "Cela nous fait très plaisir, cela fait très plaisir à Charlotte (NDLR : la mère de Florence Cassez), de savoir qu'elle est là dans un moment aussi symbolique, aussi fort", a déclaré Jean-Luc Roméro.

Elle lui a envoyé quatre colis

Car Valérie Trierweiler, dont le statut a fait l'objet de nombreuses critiques, a réalisé un sans faute dans ce dossier. C'est par son intermédiaire que l'Elysée, soucieux de calmer le jeu avec les autorités mexicaines, a apporté un soutien discret à Florence Cassez. En octobre, elle lui avait envoyé un colis dans sa prison mexicaine. Elle lui en a fait parvenir trois autres depuis, a-t-elle confié mardi à Paris Match : des livres ("des bouquins d'art, ou par exemple la trilogie de Charlotte Valandrey..."), des produits de beauté, du chocolat... En décembre, elle avait également assisté au vernissage d'une exposition de peintures de Florence Cassez. "C'est avant tout un engagement humanitaire et non politique", avait-elle alors déclaré au micro de France Inter.

Valérie Trierweiler, en pleine opération "repositionnement" et désormais concentrée sur ses activités humanitaires, a joué son rôle jusqu'au bout. Mercredi soir, pour la première fois depuis le 4 janvier, elle a posté un message sur son compte Twitter. En toute sobriété : "#FlorenceCassez retrouve enfin la liberté. Immense bonheur partagé avec sa maman, @JeanLucRomero et les soutiens de Florence. #soulagement." L'épisode du tweet de La Rochelle, ravageur pour son image, semble loin.