Une histoire qui ne laisse pas de marbre. C'est en effet à une macabre pêche que se sont livrés les policiers mardi à Apremont-sur-Allier dans le Cher. Ils ont ainsi trouvé dans le canal d'alimentation de la Loire un bloc de béton qui pourrait contenir le corps d'un jeune homme, a-t-on appris mercredi de sources proche de l'enquête. C'est grâce aux aveux d'un des suspects de cette affaire que les enquêteurs ont pu retrouver le sinistre sarcophage.

La victime était portée disparue depuis plusieurs mois. Agé d'une vingtaine d'années, le jeune homme résidait depuis l'automne 2011 chez son oncle maternel à Biches, dans la Nièvre. D'après les confessions du suspect, il aurait été séquestré et battu par quatre proches habitant la maison, jusqu'à ce qu'il succombe aux coups et aux mauvais traitements.

Décédé début 2012

C'est l'un des cinq occupants de la maison, placé en garde à vue après l'ouverture d'une information judiciaire à Bourges (Cher), qui a conduit les enquêteurs jusqu'à la fameuse "dalle de béton enveloppée dans une bâche", a indiqué le parquet de Bourges. Des analyses étaient encore en cours mercredi, mais les enquêteurs ont confié leur quasi-certitude d'y trouver le corps du jeune homme disparu.

Il serait décédé début 2012 mais ce n'est qu'un an plus tard que sa mère, domiciliée en Seine-et-Marne, a alerté les forces de l'ordre. Elle avait obtenu de son frère des confidences concernant les mauvais traitements subis par son fils dans la maison de Biches. Les cinq gardés à vue devaient être déferrés devant le juge d'instruction mercredi après-midi.