Deux mois après l'éclatement du scandale du "chevalgate", les investigations au niveau européen continuent de révéler des fraudes. Des informations en provenance des Pays-Bas et de la Suède alimentent ce jeudi l'affaire. Les autorités sanitaires néerlandaises (NVWA) ont ainsi annoncé hier qu'environ 50.000 tonnes de viande de bœuf, distribuées en Europe par le grossiste néerlandais Selten, "pourraient avoir été mélangées avec de la viande de cheval". L'agence sanitaire néerlandaise recommande de retirer les produits concernés du marché même s'il ne présente a priori pas de danger pour la santé.

Différents pays européens, dont la France, auraient été destinataires de ces produits après qu'ils aient vraisemblablement été transformés par des intermédiaires néerlandais. Au nombre de 130, ces derniers ont été informés du problème, ont précisé les autorités du pays. Elles doivent maintenant prévenir l'ensemble de leurs clients et mener l'enquête sur les lots concernés. Les résultats de leurs investigations seront transmis à la NVWA.

Surprise par la couleur et la taille de son steak

La viande suspecte aurait été vendue entre le 1er janvier 2011 et le 15 janvier dernier. Si elle a notamment servi à la confection de plats surgelés, l'ancienneté d'une partie du stock implique que la plupart des lots a été consommée. La société Selten est composée de deux grossistes dont l'un d'eux, Willy Selten, a fait l'objet en février d'une perquisition qui a démontré qu'il vendait de la viande de bœuf mélangé à des morceaux de cheval.

En Suède, cette fois, l'agence suédoise de la Sécurité alimentaire a demandé à la justice d'enquêter sur une entreprise soupçonnée d'avoir fait passer de la viande de cheval d'origine polonaise pour du filet de boeuf suédois. C'est une consommatrice, interpellée par la couleur et la taille du steak qu'elle venait d'acheter, qui a alerté les services sanitaires.

Le directeur des ventes de l'entreprise concernée Tallhoejden, basée à Oexabaeck dans l'ouest de la Suède, Johan Sahlin, a affirmé que la viande, commandée à une autre entreprise suédoise qui l'achetait en Pologne, était étiquetée "boeuf".