Le bilan provisoire d'au moins 27 morts et plus de 109 blessés communiqué par l'agence Chine nouvelle fait penser à un attentat à la bombe. Et pourtant : nul explosif ou arme à feu ne semble impliqué dans l'attaque contre la gare de Kunming, dans la province du Yunnan, au sud-ouest de la Chine. Des témoins de cette "violente attaque terroriste organisée et préméditée", selon les termes de l'agence officielle, racontent que des individus vêtus de noir et armés de couteau ont envahi le bâtiment, s'en prenant à quiconque se trouvait sur leur chemin.

Après la terreur pour soi, l’inquiétude pour ses proches

Yang Hanfei, un survivant blessé au dos et à la poitrine, explique qu'il était en train d'acheter un billet quand il a été pris pour cible. "J'ai vu une personne venir droit sur moi avec un long couteau et j'ai pris la fuite avec d'autres", a-t-il dit, tentant de se fondre dans la foule alors que plusieurs personnes "étaient tombées sur le sol". Pour Yang Ziqing, une voyageuse qui est ressortie indemne de l'attaque massive, passé le soulagement, la panique a vite repris le dessus. Comme beaucoup d'autres, elle cherchait désespérément ses proches. "Je ne peux pas retrouver mon mari et son téléphone ne répond plus", a-t-elle expliqué. Son récit est similaire : alors qu'ils attendaient le train pour Shanghai, "un homme armé d'un couteau s'est précipité sur eux".

Aucune revendication, aucune piste

D'après les informations publiées par la chaîne de télévision locale K6 sur son compte Sina Weibo, l'équivalent national de Twitter, la police aurait abattu plusieurs assaillants dont l'identité et les motivations restent pour l'heure totalement inconnues. De telles violences imputées notamment par le régime à des extrémistes islamistes ont déjà été perpétrées en Chine, mais jamais dans la province du Yunnan. La police a établi un vaste périmètre de sécurité autour de la gare et alors que de nombreuses équipes médicales s'activaient autour des blessés soignés à même le sol, elle recueillait des témoignages. Des clichés non authentifiés postés sur Sina Weibo révèlent un sol maculé de sang. Sur d'autres photos, on peut voir des policiers, des secouristes et une foule nombreuse à l'extérieur de la gare.

Tout ce que l'on peut affirmer pour l'instant, d'après l'agence China News Service est que les assaillants portaient la même tenue noire. "Un groupe d'hommes portant des armes ont fait irruption dans le hall de la gare, poignardant tous ceux qui se trouvaient sur leur passage" a-t-elle écrit, alors que l'on attendait sur place des hauts responsables de l'Etat.