Le centre symbolique du pouvoir chinois a été frappé, ce lundi midi (heure locale), par un probable attentat. Un véhicule a percuté la foule place Tiananmen, à l'entrée de la Cité interdite à Pékin. Selon les médias officiels chinois, trois personnes auraient trouvé la mort dans la voiture en flamme. Il s'agirait du conducteur de la jeep et ses deux passagers. Deux touristes, une femme de nationalité philippine et un chinois, sont également décédés. Le dernier bilan fait état de 38 touristes et policiers blessés. Le lieu a été intégralement bouclé par les autorités.

Preuve de l'inquiétude qui agite le pouvoir, l'événement a immédiatement déclenché une importante opération des forces de l'ordre mais aussi une vaste censure. Les photos de la voiture en flammes, diffusées sur Internet, ont très vite été retirées par les autorités dans le pays. Et si les causes du drame sont pour le moment inconnues, il pourrait s'agir du fait d'activistes venus afficher leur protestation sur ce lieu emblématique du pouvoir.

Le périmètre intégralement bouclé

C'est en effet à cet endroit qu'avait eu lieu, en 1989, le plus grand soulèvement démocratique qu'ait connu la Chine populaire. Un soulèvement violemment réprimé par le pouvoir, qui avait envoyé ses chars pour mettre fin à sept semaines de manifestations étudiantes. D'importantes forces de sécurité sont depuis en permanence stationnées sur cette immense esplanade, où se trouvent également l'entrée de la Cité interdite, le mausolée de Mao et le Palais du peuple.

Deux reporters de l'AFP ont notamment été interpellés et se sont vu confisquer leur matériel lorsqu'ils ont tenté de se rapprocher des lieux. Ils ont ensuite été relâchés mais leurs images ont toutes été effacées. Le périmètre est impossible d'accès depuis 12h05, heure locale, quand s'est produit l'incident. Tous les touristes ont été évacués et les lignes de métro conduisant à la place ont été fermées. Selon une journaliste de l'AFP non loin de la place, les policiers ont également érigé de hautes palissades pour cacher à la vue la zone où la jeep a pris feu.

Les internautes chinois s'interrogent

Malgré les précautions du régime, l'attentat affole la toile. Les internautes chinois relaient l'information sur les réseaux sociaux. "Que se passe-t-il à Tiananmen? Il y a des véhicules de police et des ambulances partout !", s'interroge un internaute sur un site de micro-bloging. Peu croient à la thèse de l'accident dans un lieu si improbable. "Tiananmen en 2013 est-il le théâtre d'une immolation par le feu?" demande un autre.

Depuis le soulèvement de 1989, la place Tiananmen est en effet le théâtre de régulières manifestations spectaculaires, comme en 2009 où environ 120 Tibétains se sont immolés pour protester contre la tutelle chinoise. En octobre 2011, une autre tentative d'immolation y avait eu lieu.

Ce probable attentat démontre en tout cas le climat d'instabilité et de tension qui règne dans le pays, alors que se prépare, à Pékin, le futur Congrès que tous les analystes considèrent comme crucial pour la politique des dix prochaines années.