Prêt à tout pour s’offrir un iPhone. Même à commettre l’irréparable. Un homme a été condamné à trois ans de prison cette semaine en Chine pour avoir accepté de vendre son bébé de 18 jours. Un deal affreux qui lui a permis de toucher 3.200 euros, avec lesquels il a financé l’achat d’un téléphone portable et d'une moto.

"Je ne savais vraiment pas que cela été illégal"

Selon le site People’s Daily News, l’homme était entré en contact avec un "client" sur Internet. La mère de l’enfant, elle, accumulait les petits boulots et n’avait pas été prévenue du geste insensé de son époux, qui pour sa part passait ses journées sur Internet. Le couple avait eu l’enfant – issu d’une grossesse indésirée - alors qu’ils étaient tous deux âgés de 19 ans. L’acheteur, lui, a reconnu avoir acheté l’enfant pour sa sœur. C’est auprès de cette dernière que le bébé a été retrouvé par la police, qui n’exclut pas à ce jour de lui en laisser la garde.

La vraie mère de l’enfant, elle, avait changé de ville dans l’optique de démarrer une nouvelle vie. C’est là qu’elle a été retrouvée par la police, qui la soupçonne de vente illégale d’enfant. Elle a tenu à se justifier auprès des enquêteurs : "J’ai moi-même été adoptée, et plusieurs personnes de mon village ont toujours envoyé leurs enfants dans d’autres familles le temps de leur éducation. Je ne savais vraiment pas que cela été illégal." Selon le quotidien Epoch Times, elle aurait écopé de deux ans et demi de prison avec sursis. Selon les médias chinois, environ 200.000 filles et garçons seraient chaque année kidnappés puis vendus en ligne.

A LIRE AUSSI >> Chine : la politique de l’enfant unique prend fin le 1er janvier