Au lendemain de l'heureux épilogue dans l'enlèvement de Chloé Rodriguez, retrouvée saine et sauve en Allemagne sept jours après sa disparition dans le Gard, la jeune fille est rentrée samedi au domicile familial de Barjac, tandis que son présumé ravisseur était placé en détention outre-Rhin, dans l'attente de son éventuelle extradition.

Immense soulagement à Barjac

Après la vive inquiétude, l'ambiance était à l'allégresse dans le village médiéval dont les habitants avaient largement participé ces derniers jours aux recherches menées par une centaine de gendarmes. Une fête a même été improvisée ce samedi dans une salle du château, où l'entourage de Chloé n'a pas exclu qu'elle fasse une apparition.

Pour l'heure, l'adolescente de 15 ans est au calme, chez elle, où elle est arrivée en milieu d'après-midi avec ses parents venus la retrouver la nuit dernière à Strasbourg. En traversant Barjac dans le convoi de gendarmerie qui les a escortés depuis la gare TGV de Nîmes, dissimulée par sa mère sous une couverture, sans doute la jeune fille a-t-elle pu entrevoir la banderole "Victoire pour notre Chloé, on t'aime", tendue devant la supérette de la famille Rodriguez.

Improbable arrestation

Chloé n'avait plus donné signe de vie depuis le 9 novembre vers 17h30 lorsqu'elle était repartie en scooter de chez une amie habitant à une dizaine de kilomètres de Barjac. Son deux roues avait été retrouvé le soir-même devant sa maison, avec tous ses effets personnels sous la selle, exception faite de son casque et de son téléphone qui n'avait pas permis de géolocalisation.

De façon tout à fait fortuite, la police allemande a découvert Chloé hier matin, ligotée dans le coffre d'une voiture, à Offenbourg, en face de Strasbourg. Assistant au vol par effraction d'un ordinateur portable laissé dans sa voiture, un homme avait alerté les autorités et fournit un signalement précis du véhicule à bord duquel le voleur s'était enfui.

Se rendant sur les lieux du délit, une patrouille a croisé la voiture en question et l'a prise en chasse. Après avoir provoqué un accident matériel, le conducteur a tenté de prendre la fuite à pied, mais avec les indications des passants, les policiers l'ont rattrapé.

Déjà condamné pour une agression sexuelle

Pour l'heure, on ne sait rien des circonstances de l'enlèvement, ni ce qui est arrivé à Chloé, sinon que la justice française ne dispose d'aucun élément suggérant qu'elle ait subi des violences sexuelles, avait indiqué hier le procureur de la République à Nîmes, Robert Gelli.

La question se pose d'autant plus que l'homme arrêté, un Français de 32 ans originaire de Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard, a déjà été condamné à plusieurs reprises par la justice française, pour des faits de vols, de violences et surtout pour une agression sexuelle lui valant cinq ans de prison dont trois ferme. Libéré en septembre dernier, le suspect domicilié dans un foyer d'Avignon ne s'était pas présenté au service de probation depuis.

Incarcéré ce matin outre-Rhin, sur les conseils de son avocat, le ravisseur présumé de Chloé est resté muet, sur les conseils de son avocat a précisé une source proche du dossier. A plus ou moins brève échéance, il devrait être remis à la justice française. "Maintenant qu'il est en détention, la justice allemande doit se prononcer sur le mandat d'arrêt européen que nous avons diffusé hier, mais je ne sais pas quand : soit elle lui donne un effet immédiat, soit elle attend l'évolution de son enquête", a indiqué le procureur de la République de Nîmes, Robert Gelli.