Il l'assume, l'évasion est son seul espoir. Christophe Khider condamné jeudi à 15 ans de réclusion pour s'être évadé de la prison de Moulins en 2009 après avoir pris les gardiens en otages, annonce dans une interview au JDD qu'il va s'évader une nouvelle fois. "Je vais partir. C'est une évidence", promet-t-il. "Moi ma mort je veux la choisir. Oui j'ai le coeur léger. Je sais que je vais réussir et que, peut-être, je ne retournerai pas en prison", a-t-il ajouté.

A 41 ans, Christohphe Khider a passé plus de temps en prison qu'en liberté. Le 22 mars 1995, un des ses braquages tourne mal, un automobiliste meurt d'une balle dans la tête. Christophe Khider soutient que c'est un accident, mais la justice le condamne à 30 ans de prison. Beaucoup trop long pour ce détenu qui ne doit pas retrouver la liberté avant 2052. Acharné, il va tenter de s'évader cinq fois. Au tribunal de Bobigny en 2000, à Fresnes en 2001 où un hélicoptère lui lance une kalachnikov et un Colt. Une longue prise d'otages va alors alourdir son casier judiciaire. Son obsession de se faire la belle ne cesse de grandir, quitte à prendre le risque de mourir plutôt que de retourner en cellule. Le code pénal ne permet pas de confondre les peines pour les tentatives ou les évasions. Christophe Khider le regrette et promet de fuir plutôt que d'accepter ces "peines toujours plus lourdes". "Je veux que tout le monde soit conscient que je n'ai pas une espérance de vie de 100 ans", prévient-il avant de condamner ces peines de prison qui s'apparentent à une "mort lente".

"Ça va exploser et il v a y avoir des drames"

L'interview du JDD est troublante et risque de faire polémique. Le débat sur les longues peines n'est pas nouveau. "Est-ce une raison suffisante pour donner la parole à un individu comme Khider?" s'insurgeront certains devant ce témoignage", prévient d'emblée le JDD. En effet, les confessions du détenu se mêlent à une véritable apologie de l'évasion. Lorsque Christohpe Khider se remémore ses tentatives, il n'hésite pas à parler d'un moment "magique". "Surtout quand ça se passe à Moulins ou à Fresnes: ça montre que si c'est possible dans des endroits hypersécurisés comme ça, c'est possible partout", déclare-t-il à l'hebdomadaire.

Impossible de faire l'impasse non plus sur le rôle que semble attribuer Christophe Khider aux gardiens de prison. Celui qui a tenté de s'évader à l'aide d'explosifs, avoue avoir été ravitaillé par des surveillants. "Les explosifs étaient entrés, pas uniquement, mais aussi grâce à des surveillants". Et lorsqu'il adresse un message à Christiane Taubira, c'est aussi pour montrer que la prison peut-être une véritable passoire. "La première fois que j'ai eu un fusil d'assaut, c'était en prison. La première fois que j'ai touché à des explos, c'était en prison.", raconte-t-il. Loin d'être optimiste, Christophe Khider prédit de nombreuses évasions:  "Ça va exploser et il v a y avoir des drames".