Le 25 octobre 2014, un homme de 57 ans décide de relever le défi du plus gros buveur de shots dans le bar "Le Starter", à Clermont-Ferrand. Après 56 doses, il bat le record, rentre chez lui complètement ivre et meurt le lendemain, des suites d'un coma éthylique.

Jeudi 18 février, Gilles Crépin, le gérant du bar, a été mis hors de cause par la cour d'appel de Riom (Puy-de-Dôme), à cause d'un "vice de procédure, d'une simple erreur de plume dans sa convocation en justice", a estimé Antoine Portal, l'avocat de la fille de la victime. Il était poursuivi pour "homicide involontaire par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité et de prudence".

Condamné en première instance

Gilles Crépin avait été condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand à quatre mois de prison avec sursis et un an d'interdiction d'exercer. "La cour a considéré qu'elle n'était pas valablement saisie et donc n'a pas statué sur le fond. C'est une décision habile et intelligente et une mise hors de cause indirecte de mon client", a expliqué son avocat, Maître Renaud Portejoie.

Cette nouvelle décision est en définitive "une sorte de désaveu des poursuites". "La cour a réaffirmé que derrière chaque drame humain, il n'y a pas forcément de responsabilités pénales. La décision du tribunal correctionnel constituait un dangereux précédent pour les bistrotiers et une dérive vers un Etat pénitence", a par ailleurs estimé Maître Portejoie. Le procureur peut encore relancer la procédure avec une nouvelle convocation de justice en bonne et due forme, avant que les faits ne soient prescrits.

EN SAVOIR + >> Mort après avoir bu 56 shots : pour sa fille, le gérant du bar est impliqué