Actée avant même la rentrée dernière, la suppression de la très controversée note de vie scolaire sera effective à compter de jeudi, après sa parution au Journal officiel mercredi. Créée en 2006, cette évaluation du comportement des élèves tout au long de leur scolarité au collège et entrant dans l'attribution du Brevet était vivement critiquée par les syndicats d'enseignants, ainsi que par les parents d''élèves, qui demandaient sa suppression. Bien qu'inscrite dans la loi d'orientation du ministre de l'Education en juillet dernier, cette mesure n'avait jusqu'alors jamais été traduite concrètement par une circulaire.

Une note qui n'a pas amélioré la vie scolaire

Interpellé sur le sujet en septembre, le ministre avait jugé qu'il n'y avait pas d'urgence et souhaitait qu'une réflexion s’engage sur le sujet. Côté syndicats, pas d'ambiguïté : cette note était inefficace. Difficile en effet de traduire par une seule note sur 20 le respect des critères définis dans cette discipline au long court, soit : l’assiduité, le respect du règlement intérieur, la participation à la vie de l’établissement.

Chargé de fournir un avis éclairé sur la question, le Conseil supérieur des programmes (CSP) avait estimé début décembre que les critiques formulées étaient "largement convergentes". Complexe à établir, cette note ne permet "pas d’établir une évaluation reconnue par tous comme claire et équitable" et "n’a pas permis d’améliorer la situation de la 'vie scolaire', notamment dans les établissements les plus difficiles", jugeait le CSP dans son avis.

En toute logique, les notes déjà attribuées resteront sans suite et ne rentreront pas en compte, en fin d'année, dans l'attribution du brevet pour les élèves de troisième.