Si elle est autorisée en France depuis presque un mois, la vente de médicaments sur Internet est encore un chantier en cours. Ce sont les Agences régionales de santé (ARS) qui sont chargées d'examiner les quelque 200 dossiers déposés par des pharmaciens souhaitant se lancer en ligne. Pour l'heure, une demande a été validée, vendredi dernier seulement, en Alsace.

Un tour sur le site en question montre rapidement les premières limites du système. Une simple boîte d'aspirine y est vendue 5,3 euros, auxquels il faut ajouter 6 euros de frais de port. Pour que ces derniers soient offerts, il faudrait en commander cinq boîtes d'un coup ! Une fois la commande passée, le colis est expédié par La Poste "dans un délai de 1 à 7 jours ouvrables", puis livré en "2 à 7 jours ouvrables". Mieux vaut donc anticiper ses maux de têtes....

Une liste des sites Internet autorisés

Afin de mieux encadrer ce commerce, le gouvernement prévoir d'éditer d'ici au mois de mai un arrêté de "bonnes conduites". La question d'un prix minimum devrait notamment y figurer : l'Etat ne veut pas que la sécurité sociale soit amenée à rembourser des médicaments au-dessus de leur prix d'achat. L'idée de fixer un nombre de boîtes limité, par exemple à l'équivalent un mois de traitement, fait également son chemin.

Pour savoir si le site qu'il consulte est autorisé, l'internaute doit d'abord vérifier si celui-ci est bien relié à une pharmacie identifiée. Leur liste complète est également consultable sur le site de l'Ordre des pharmaciens. Quant aux portails commerciaux, comme 1001pharmacies.com, ils ne peuvent pas vendre directement ce type de médicaments mais ambitionnent de regrouper les vitrines de plusieurs pharmacies.

Enfin, l'internaute doit garder à l'esprit que seuls les médicaments sans ordonnance obligatoire (environ 3.500) sont disponibles à la vente. Inutile, donc, sous le couvert de l'anonymat, d'y chercher une pilule miracle pour soigner des troubles de l'érection ou des traitements médicaux amincissants : ils nécessitent une ordonnance.