Un soldat israélien est porté manquant. Tsahal, l'armée israélienne, accuse le Hamas de l'avoir capturé pendant la trêve de vendredi matin. Mais personne n'a revendiqué l'enlèvement de Hadar Goldin, le sous-lieutenant de 23 ans qui restait introuvable samedi matin. 

>> Notre dossier consacré au conflit entre Israël et le Hamas

Dans la nuit de vendredi à samedi, la branche militaire du Hamas a assuré qu'elle ne disposait pas d'information sur le soldat porté disparu et a évoqué la possibilité qu'il ait été tué lors de combats. 

La trêve vole en éclat

La disparition du jeune militaire est intervenue au début du cessez-le-feu -censé durer 72 heures- négocié par l'Onu et Washington. L'incertitude sur ce qu'il est devenu a fait voler en éclat la trêve qui n'aura finalement duré que 90 minutes.

Résultat, depuis vendredi les attaques militaires israéliennes ont recommencé de plus belle. Au moins 107 Palestiniens ont ainsi péri sous les bombes à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, pendant la nuit de vendredi à samedi, selon les secours. Quinze des victimes, dont cinq enfants, faisaient partie de la même famille.

Plus de 1649 Palestiniens tués

Par ailleurs, trois autres Palestiniens ont été tués à la suite de tirs de chars à Khan Younès, près de Rafah, tandis que cinq autres Palestiniens étaient tués dans la ville de Gaza. L'aviation israélienne a également bombardé pour la première fois un des bâtiments de l'université islamique de la ville de Gaza, selon les services de sécurité.

Ces nouveaux évènements portent à plus de 1640 le nombre de Palestiniens - très majoritairement des civils - tués depuis le début de l'opération de Tsahal le 8 juillet.  Parmi les morts figurent au moins 242 enfants, selon l'Unicef. Côté israélien, 63 soldats et 3 civils ont perdu la vie.

EN SAVOIR + >> Israël et le Hamas : pourquoi on ne parle pas de "guerre"