"Nous avons décidé de remettre les boîtes noires aux mains des experts malaisiens". Le chef des rebelles prorusses Alexandre Borodaï a joint le geste à la parole devant un parterre de journalistes venus assister à l'événement dans la nuit de lundi à mardi à Donetsk. Deux objets rouge-orangés ressemblant aux enregistreurs de vol du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, vraisemblablement abattu par un missile dans l'est de l'Ukraine jeudi, ont ainsi été remis aux experts malaisiens.

"Au nom du gouvernement malaisien, je remercie le gouvernement de la République de Donetsk de nous remettre les deux boîtes qui sont la propriété de la Malaisie, a déclaré l'un des experts. Nous n'avons pas retrouvé les boîtes noires du vol MH 370 (disparu au-dessus de l'Océan Indien, ndlr) et donc nous sommes contents de pouvoir récupérer celles-ci. Je vois que les boîtes noires sont intactes et avec seulement des altérations mineures".

Cessez-le-feu

Les enregistreurs, dont l'un contient les conversations de l'équipage et l'autre les données techniques du vol, ne devraient néanmoins pas livrer l'origine du missile qui a probablement détruit le Boeing en vol, qui assurait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur.  Dans le même temps, les séparatistes ont annoncé une mesure vivement réclamée depuis la chute de l'avion par la communauté internationale pour faciliter l'accès au site du crash : "un cessez-le-feu dans un rayon de 10 kilomètres" autour des lieux de la catastrophe.

Les responsables malaisiens doivent également accompagner le train réfrigéré transportant les corps de 282 des 298 victimes jusqu'à Kharkiv, en zone contrôlée par le gouvernement de Kiev. Le convoi, a quitté mardi la gare de Torez, en zone rebelle. Une fois à Kharkiv, les corps seront examinés avant de repartir par avion pour Amsterdam.