"Internet a révélé ces derniers jours un complot contre l’accent circonflexe… que je tramais depuis mes 13 ans, en lien avec l’Académie française. D’ailleurs, vous croyez peut-être que votre présence ici est un simple accident ? Mais non. Nous sommes au jardin des Plantes. Or, savez-vous en quelle année il a été fondé ? En 1635. Soit la même année que l’Académie Française. Coïncidence ? Je ne crois pas..."

Najat Vallaud-Belkacem blague, pour aborder un sujet "d’une extrême gravité" : les théories du complot et autres désinformations, diffusées massivement sur internet et qui touchent de plus en plus les jeunes, ceux-ci s’informant en ligne. Selon une étude Ipsos, les 13 à 19 ans passent pas moins de 13 h30 par semaine sur internet.

GrosKissou68 ou Encyclopedia Universalis ?

Pour déminer le terrain, la ministre de l’Education avait convié mardi enseignants et chercheurs à débattre sur les réactions à adopter face à ces théories du complot. Elle a notamment annoncé qu'elle souhaitait mettre en place deux enseignements : l’Enseignement moral et civique et l’Education aux Médias et à l’Information, de la 5e à la 3e. Des cours qui se veulent très pratiques, pour "affronter les enjeux liés à la révolution" que constitue Internet et "combattre les armes de désinformation massive". Car les élèves ignorent souvent l'envers de ce réseau.

"Le premier problème est celui de la fiabilité des sources", détaille la ministre. "Une information n’a pas la même valeur, selon qu’elle émane de GrosKissou68 ou du site de l’Encyclopedia Universalis." Autre écueil d'internet, sur lequel elle souhaite mettre l'accent : "L’ignorance du fonctionnement des moteurs de recherche les plus célèbres". "Car les algorithmes, qui entraînent différentes propositions, vous enferment dans une bulle. Car le moteur s’affine au fur et à mesure, en fonction de vos goûts, du temps que vous passez sur un site ou sur une vidéo. Il vous renvoie de plus en plus, en priorité, vers des contenus similaires. Cela, les élèves ne le savent pas." Même chose pour le traitement des images.

"Nous avons un travail immense à conduire", a conclu la ministre. "Si le complotisme est si efficace, c'est qu'il puise aux sources de la nature humaine, car nous sommes en quête permanente d'une explication à tout prix, qui peut être reprise et détournée pour façonner des théories complotistes. Mais il est un ennemi intime pour le savoir, la distance critique, la connaissance." 

A LIRE AUSSI
>> "Coïncidence ? Je ne crois pas" : Pourquoi les théories du complot séduisent-elles autant ?

>> Le top 5 des théories du complot les plus répandues et les stars de la complosphère