Le remaniement était attendu depuis plusieurs semaines. Comme prévu, Brice Hortefeux a été nommé au ministère du Travail et Eric Besson à l'Immigration. Mais le président a créé la surprise, ce matin, en confiant à Nathalie Kosciusko-Morizet le secrétariat d'Etat à la Prospective et à l'Economie numérique. « Cette promotion m'apporte une autonomie qui ne me déplait pas », a-t-elle déclaré à l’AFP à propos de son nouveau poste directement rattaché à Matignon.

Cette polytechnicienne de 35 ans, diplômée de l'Ecole nationale du génie rural des eaux et forêts, était auparavant secrétaire d'Etat auprès du ministre Jean-Louis Borloo. La rumeur la disait intéressée par le ministère de la Santé. Une idée qui ne déplaisait pas à certains comme en témoigne le directeur général du WWF-France, Serge Orru : « Nous lui disons au revoir, avec le regret qu’elle n’ait pas été nommée à la santé car elle travaillait beaucoup sur le lien entre santé et environnement, un dossier qui sera déterminant dans l'avenir», explique-t-il.

De la part des associations environnementalistes, les réactions sont partagées. « Elle a le mérite d’avoir fait progresser la droite sur l’écologie», souligne Serge Orru. « Elle a su conjuguer avec compétence et détermination un secteur un peu mal aimé comme la biodiversité  avec la priorité donnée par le gouvernement au réchauffement climatique. Nous sommes orphelins aujourd’hui », déclare Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux). Le réseau Sortir du nucléaire s’est en revanche félicité de son départ notamment pour ses positions en soutien de l’énergie atomique.

Dans les rangs de l’opposition, le déménagement de NKM a été accueilli avec surprise. « Son départ n’est pas une très bonne nouvelle », affirme Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts : « Elle avait été la personnalité de l’UMP la plus incisive lors du vote de la Charte de l’Environnement ou plus récemment de la loi OGM. Sanctionne-t-on ces très timides velléités pour faire plaisir aux lobbies ? »,a t-elle poursuivi.

Borloo dit réfléchir à une proposition qu’il va « soumettre au président de la République pour le remplacement de la secrétaire d'Etat à l'Ecologie ». Les associations espèrent que son successeur saura l’égaler en « détermination » et en « conviction ».