Les indices américains en légère hausse à l'ouverture
Outre-Atlantique, la chute de ce lundi a laissé place à la reprise, à l'ouverture de Wall Street, ce mardi : le Dow Jones gagnant 0,89% et le Nasdaq 1,11%. Des augmentations qui ne devraient toutefois pas suffire à rassurer les acteurs du marché après la journée noire, hier, au cours de laquelle la Bourse de New York a atteint son plus bas niveau depuis dix mois.

Un peu de répit sur les bourses européennes
Les bourses de Londres, Paris, Milan, Madrid ou Milan remontaient des profondeurs ce mardi en début d'après-midi, faisant du yo-yo dans un marché totalement déboussolé. Après avoir été en chute libre en milieu de matinée, l'indice Footsie-100 des principales valeurs gagnait 7,16 points vers 11H30 GMT, soit 0,14% par rapport à la veille, à 5076,11 points.

Il est ensuite repassé légèrement dans le rouge, cédant 6,55 points (-0,12%) vers 12H00 GMT, poursuivant un mouvement en dents de scie renvoyant l'image d'un marché affolé et sans direction.
A Paris, le CAC 40 gagnait 0,32% à 3.134,66 points à 11H43 GMT. Il a évolué depuis le début de la séance dans une fourchette très large entre +2% et -4%. La Bourse de Milan repassait dans le vert à la mi-journée, mardi, gagnant près de 1% vers 11H30 GMT après avoir oscillé toute la matinée avec des pertes autour de 2%.

La Bourse de Paris de nouveau dans le vert
A 13H43, le CAC 40 gagnait 9,47 points à 3.134,66 points. Il a évolué depuis le début de la séance dans une fourchette très large entre +2% et -4%.

"Dans des phases de tension extrême, il est courant de voir de tels mouvements de montagnes russes", a commenté Renaud Murail, gérant d'actions chez Barclays Bourse. Les indicateurs mesurant la volatilité des marchés sont au plus haut depuis plus deux ans mardi, se rapprochant des pics de la crise financière de 2008, tant en Europe qu'aux Etats-Unis. "Ce qui est inédit, c'est que depuis 11 séances, le moindre rebond n'a pas réussi à tenir plus de 10 minutes. On attend de voir si celui-là va durer", a souligné M. Murail. Le secteur énergétique restait très pénalisé par le recul des cours du pétrole, Total perdant 2,07% à 32,60 euros.

"C'est un moment horrible"
La tempête continue de s'abattre sur les bourses mondiales, gagnées par la peur d'une nouvelle récession aux Etats-Unis et d'une contagion de la crise de la dette en zone euro, une panique qui faisait planer le spectre d'un krach. "C'est un moment horrible, un jour sombre", a commenté Chris Weston, de chez IG Markets à Melbourne. "Les gens agissent dans l'émotion au lieu de regarder la situation de manière rationnelle. C'est une panique générale". Le climat reste ainsi très volatil, les bourses faisant du yo-yo, dans le sillage de Wall Street la veille. Après avoir ouvert en nette hausse, les marchés actions sur le Vieux Continent ont plongé par la suite (entre -4% et -6%), avant de se reprendre quelque peu.

Vers 10H40 GMT (12H40 en France), Paris ne perdait plus que 1,16%, Londres 2,05%, Francfort 3,14%. Milan (-1,08%) et Madrid (-1,09%), dont les gouvernements sont sous pression des investisseurs et des agences de notation, limitaient la casse.

En Asie, on a frôlé la catastrophe. La Bourse de Séoul a plongé de 10% en séance avant de finalement clôturer sur une note moins dramatique à -3,64%, soit son plus bas niveau depuis septembre 2010.

La Bourse de Paris joue les indécises
Après avoir ouvert dans le vert et gagné plus de 2%, le marché parisien s'est très rapidement retourné. Le CAC 40 a alors creusé ses pertes, cédant jusqu'à 4%, avant de se redresser. A 12H05, l'indice parisien perdait encore 1,20% à 3.087,66 points dans un volume d'échanges très fourni de 2,622 milliards d'euros.

Et ailleurs : Francfort - 3,45 %.  Londres -2,1 %. Milan - 1,12 %. Madrid - 1,65 %. Zurich - 2,40 %

La Grèce lève 812,5 millions d'euros
La Grèce a emprunté mardi 812,5 millions d'euros à six mois, à un taux en légère baisse à 4,85% par rapport à celui qu'elle avait obtenu lors de la dernière émission similaire le 12 juillet, a annoncé l'agence grecque de la gestion de la dette publique (PDMA).

La Bourse de Shanghai à l'équilibre
Le SSE était descendu à son plus bas niveau depuis un an en cours de séance ce matin, perdant 3,2%, inquiet des perspectives économiques aux Etats-Unis et en Europe, mais les poids lourds de l'immobilier ont inversé la tendance.

Les principales Bourses européennes s'effondrent
Vers 10H50 (08H50 GMT), Londres s'enfonçait de 5%, Francfort de plus de 6% et Paris perdait autour de 4%, alors que Madrid cédait plus de 3% et Milan autour de 2%.

La Bourse d'Athènes de nouveau en baisse
La Bourse d'Athènes (Athex) était elle aussi de nouveau en baisse de 3,9% ce mardi matin, une heure et demie après son ouverture, à 959,32 points, après avoir accusé lundi une forte chute de 6%. L'Athex a ouvert en légère hausse de 0,13% à 07H30 GMT avant de passer quelques minutes plus tard dans le rouge pour s'établir à 08h52 GMT à 959,32 points. Lundi soir, la Commission régulatrice grecque des marchés des capitaux a décidé "l'interdiction des ventes à découvert des actions à partir de mardi pour une période des deux mois" pour limiter la spéculation.

Paris dans le rouge
La Bourse de Paris s'enfonce dans le rouge avec -3,47% malgré un rebond initial en tout début de séance. A 10H38, l'indice cédait 100,38 points flirtant avec les 3.000 points à 3.024,81 points.

Tous les regards sont désormais tournés vers la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) dont le communiqué est attendu à 18H15 GMT (20H15). "C'est une véritable capitulation, un raz de marée, aucun secteur n'est épargné. Rien ne semble arrêter la panique et on n'attend pas grand chose de la Réserve fédérale américaine", commente Renauld Murail, gérant d'actions chez Barclays Bourse.

10H Les Bourses dévissent
La Bourse de Londres était dans le rouge avec -3,5% peu avant 08H00 GMT (10H en France) et celle de Paris aussi a -2,62%. Même topo à la Bourse de Francfort: le Dax perd pied, lâchant plus de 2%. La situation semble très nerveuse. Madrid céde 1,41% et Milan 0,92%.

La Bourse de Paris rebondit, Londres dévisse à nouveau
La Bourse de Paris rebondissait ce mardi dans les premiers échanges (+1,22%), après onze séances consécutives de baisse, dans l'attente d'annonces importantes lors d'une réunion cruciale de la Réserve fédérale américaine.

A 09H28, le CAC 40 prenait 30,62 points à 3.155,81 points. La Bourse de Londres s'enfonçait elle à nouveau : -1,70% vers 07H40 GMT.

Lundi, les Bourses mondiales ont dévissé. Paris a vécu une journée noire, cédant 4,68%. Wall Street a connu sa pire séance depuis décembre 2008. Le Dow Jones a abandonné 5,55% pour finir à moins de 11.000 points, pour la première fois depuis dix mois.

Francfort: le rebond fait long feu, le Dax s'enfonce (-1,07%)
L'indice vedette Dax de la Bourse de Francfort faisait du yo-yo après l'ouverture, ouvrant en baisse pour repasser dans le vert, avant de finalement s'enfoncer dans le rouge. L'indice, qui a lâché plus de 5% lundi et perdu quelque 15% depuis le début d'année, lâchait 1,07% à 5.860,13 points vers 07H42 GMT. Parmi les rares valeurs quelque peu épargnées Deutsche Börse était à l'équilibre parfait à 43,70 euros. Pour l'opérateur de la Bourse de Francfort, les turbulences des marchés sont synonymes de frénésie de transactions et donc de recettes en hausse.

Après le plongeon à l'ouverture, les Bourses asiatiques se calment
Les marchés asiatiques limitaient leurs pertes mardi, après une ouverture en chute libre alors que dirigeants et banquiers centraux se mobilisent pour s'efforcer de calmer les marchés, angoissés par le spectre d'une nouvelle crise. Après avoir plongé en début de séance - la Bourse de Séoul a perdu jusqu'à 10%-, les Bourses asiatiques limitaient leurs pertes, Sydney parvenant même à repasser dans le vert, grâce à "une chasse aux bonnes affaires" qui voit les investisseurs profiter des prix bas pour acheter.

La Bourse de Tokyo perdait 3,30% dans l'après-midi, Séoul 7% et Hong Kong 6% tandis que Sydney affichait une hausse de 0,50%. Shanghai cédait 1,10%.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter