Depuis qu'il s'est lancé dans ses activités de conseiller et de conférencier, Dominique Strauss-Kahn semble être très sollicité. Dernière proposition en date, l'ancien favori de la présidentielle en 2012 se serait vu offrir un poste de conseiller au sein du gouvernement serbe. Une information aussitôt démentie par une source dans l'entourage de l'ex-président du FMI.

"Nous lui avons parlé concernant un poste, mais rien n'est encore certain. Nous n'avons établi qu'un premier contact, mais c'est beaucoup d'argent", a déclaré la source gouvernementale, en faisant allusion à la rémunération exigée par DSK.

"Intox. Je ne sais pas de quoi il s'agit"

Selon le quotidien serbe Danas, les autorités serbes lui auraient proposé un poste de conseiller auprès du gouvernement, lequel devrait être remanié dans les prochaines semaines. Après un an de travail, cette manœuvre devrait permettre au gouvernement de se concentrer sur les négociations d'adhésion à l'Union européenne, ainsi que sur un redressement économique de la Serbie.

Toutefois, une source dans l'entourage de Dominique Strauss-Kahn a démenti l'existence de contacts entre l'économiste et les autorités serbes."Intox. Je ne sais pas de quoi il s'agit", a déclaré ce proche de l'ex-ministre à l'AFP.