L'un des symboles de la construction européenne est rattrapé par l'austérité. "Erasmus est à court d'argent", a reconnu mercredi le porte-parole du Commissaire européen au Budget. Le film de Cédric Klapisch "L'Auberge espagnole" avait immortalisé le programme d'échange d'étudiants européen, créé en 1987.

Ce système qui permet à des jeunes de partir entre trois et douze mois à l'étranger lors de leur cursus, vient de fêter ses vingt-cinq ans. Près de 3 millions d'étudiants en ont bénéficié, et le nombre d'étudiants intéressés augmente de 5 à 6% chaque année. La France a ainsi envoyé 30 000 étudiants à l'étranger (principalement en Allemagne, Espagne et Royaume-Uni) et en a reçu 28 000 en 2010. Chaque étudiant reçoit une bourse de 110 à 180 euros selon la destination.

Une rallonge demandée en octobre

Malgré ce succès, Erasmus n'échappe pas aux coupes dans le budget 2012 de l'Union européenne. Les dépenses ont été réduites de 4 milliards d'euros, a expliqué mardi le député européen Alain Lamassourre. Président de la commission des budgets du Parlement européen, il explique que le Fonds social est en cessation de paiements depuis le début du mois et ne peut donc plus rembourser les Etats.

Le Commissaire au Budget, Janusz Lewandowski, va demander une rallonge substantielle le 23 octobre prochain. Mais le problème risque de se reproduire en 2013, puisque sept pays (Royaume-Uni, Allemagne, France, Finlande, Suède, Pays-Bas et Autriche) refusent pour l'instant de voter le projet de budget de l'Union européenne.