Dénoncer l'espionnage des internautes par les Etats-Unis mérite-il un prix Nobel de la Paix ? C'est en tout cas l'avis d'un sociologue suédois. Membre de l'Académie royale des sciences et habilité à faire de telles propositions au comité, Stefan Svallfors a soumis le nom d'Edward Snowden pour succéder à l'Union européenne, à Nelson Mandela ou encore à... Barack Obama.

Dans sa lettre à l'Institut Nobel, publiée par le journal suédois Västerbottens-Kuriren, l'universitaire expose ses arguments. Selon lui, la révélation du système PRISM, par le biais duquel la NSA espionne les communications électroniques, a "aidé à rendre le monde un peu plus sûr". La nouvelle bête noire des Etats-Unis devrait être reconnue afin de prouver que "les individus peuvent s'élever pour défendre les libertés fondamentales."

Bloqué à Moscou

Cette proposition a-t-elle une chance d'aboutir ? C'est en tout cas trop tard pour 2013. Si la récompense n'est décernée qu'en fin d'année, la liste des candidatures est arrêtée au 1er février. La concurrence était de toute manière particulièrement forte pour 2013, pas moins de 259 personnes ou organisations étant en lice.

Si l'histoire devait lui attribuer un prestigieux prix, Edward Snowden pourrait-il aller à Oslo chercher son prix ? Pour le moment, Snowden est en tout cas toujours bloqué dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou. La Russie a fait savoir ce lundi qu'elle n'avait toujours pas reçu officiellement de demande d'asile, alors que le fugitif américain en a exprimé l'intention vendredi dernier.