Un an après son élection à la tête du pays, Mohamed Morsi ne convainc toujours pas la majorité des Egyptiens. A l'occasion de son premier anniversaire à la présidence, le frère musulman s'est exprimé à la télévision. S'il reconnaît des "erreurs" lors de cette première année de mandat, il a défendu sa légitimité au pouvoir et a promis de rectifier le cap. "On peut commettre des erreurs mais elles doivent être corrigées.", s'est-il justifié, promettant des réformes importantes : "Pour que la révolution atteigne ses objectifs, des réformes de fond sont nécessaires."

Importante manifestation anti-Morsi prévue dimanche

Evoquant les "nombreux défis" auxquels est confronté son pays, il a appelé ses opposants au dialogue et à la coopération. "Tout ce que je vous demande est de nous asseoir et de discuter (...) de voir le positif et de bâtir sur cela, et de résoudre" les problèmes", a-t-il poursuivi, évoquant la "paralysie" et le "chaos" qui menacent l'Egypte.

Profondément divisé entre partisans et opposants de Mohamed Morsi et des Frères musulmans, le pays a à nouveau connu mercredi soir de violentes manifestations. Au Caire, place Tahrir, le lieu symbolique de la révolution qui a chassé Hosni Moubarak en 2011, des centaines de manifestants anti-Morsi s'étaient rassemblés pour écouter le discours du président. A Mansoura, dans le nord du pays, des heurts ont éclaté lorsque des opposants ont lancé des ordures sur un rassemblement pro-Morsi, faisant au moins un mort et 237 blessés. Dimanche, une importante manifestation anti-Morsi est prévue à l'appel du mouvement populaire Tamarrod (rébellion, en arabe) crée en avril pour demander le départ du président.