Arrêté dans la nuit de lundi à mardi par le nouveau pouvoir égyptien, Mohamed Badie a cédé son costume de chef des Frères musulmans à un intérimaire, Mahmoud Ezzat. "Il assumera les fonctions de guide suprême sur une base temporaire après que les forces du coup d'État sanglant ont arrêté" Mohamed Badie, peut-on lire sur le site Internet de la confrérie.

"L'homme de fer"

Propulsé au premier plan, ce proche de Mohamed Badie, avec qui il a été emprisonné de 1965 à 1974, devrait s'inscrire dans la continuité de son prédécesseur. Diplômé de médecine, Mahmoud Ezzat a gravi progressivement les échelons d'une confrérie rejointe en 1962 jusqu'à en intégrer sa direction en 1981, à en croire les informations du Washington Institute, un think tank américain spécialisé dans le Moyen-Orient.

Emprisonné à de nombreuses reprises, la dernière fois en janvier 2008 après avoir participé à des manifestations de protestations contre des offensives israéliennes dans la bande de Gaza, Mahmoud Ezzat enseigne la médecine au sein de l'université de Zagazig. Mais cet homme âgé de 69 ans est surtout connu pour être "l'homme de fer" de la confrérie, surnom donné par les médias égyptiens pour son intransigeance, sa propension à prendre des décisions stratégiques et son rôle central dans la coordination entre l'organisation et le Parti Liberté et Justice, celui de Mohamed Morsi, premier président égyptien élu démocratiquement avant d'être déchu, le 3 juillet dernier.