Henri Guaino est poussé vers la sortie. Très virulent à l'égard de son parti depuis quelques semaines, l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy ne semble plus le bienvenu rue Vaugirard. Malgré les rappels à l'ordre, l'élu UMP des Yvelines persiste : il ne votera pas pour le candidat de son parti aux élections européennes, Alain Lamassoure, jugeant que celui-ci "incarne l'Europe dont plus personne ne veut". Un discours qui n'amuse plus du tout ses camarades du parti. Au point que dimanche, Alain Juppé l'a invité à prendre la porte : "Vous savez, moi je ne pratique pas l'exclusion. Mais quand on est à ce point en désaccord avec son propre parti politique, la dignité la plus élémentaire, c'est d'en tirer les conséquences", a affirmé le maire de Bordeaux lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

S'agit-il pour Henri Guaino de "sortir" du parti? "C'est clair, oui", a-t-il répondu. "On ne peut pas à la fois dire qu'on appartient à un parti et faire campagne contre les candidats investis par ce parti", a-t-il fait valoir. Même ton chez un autre leader du parti, Xavier Bertrand : "Quand on est dans une famille politique, on vote pour sa famille politique", a-t-il martelé le même jour, avant de presser Henri Guaino de changer d'avis. Un avertissement qui vaut aussi pour l'autre trublion du moment, Laurent Wauquiez, dont les propositions sur l'Europe agacent franchement son camp. 

Thierry Mariani vole au secours de Henri Guaino

Poussé vers la sortie, Henri Guaino ne serait pas non plus retenu par le président du parti, Jean-François Copé. Si ce dernier y est allé moins franchement que le maire de Bordeaux, celui de Meaux n'a pas caché son agacement ce lundi : "Moi je dis qu’il faut être cohérent, Alain Juppé a raison, a-t-il affirmé au micro d'Europe 1. Il y a un moment où il faut tout de même rappeler qu'on a une famille politique. Et que même si on peut avoir des nuances, moi j’attends qu’on soit constructif".

Attaqué de toutes parts, Henri Guaino persiste et signe. Invité de l'Opinion, l'élu a redit ce lundi qu'il ne donnerait pas sa voix au candidat UMP dimanche 25 mai. "C'est un problème de conviction. Alain Lamassoure incarne une certaine idée de l'Europe que je ne partage pas, a-t-il répété. Quittera-t-il le parti ? "Bien sûr que non", a-t-il rétorqué, avant de s'en prendre à Alain Juppé. "Ce sont des mots empreints d'arrogance", juge Henri Guaino avant de s'en prendre au "caporalisme politique" de ceux qui voudraient qu'il rentre dans le rang.

Le député des Yvelines n'a pas non plus manqué de souligner la mauvaise foi d'Alain Juppé et de ceux qui, comme lui, ont "soutenu durant les municipales des candidats non investis par leur parti", faisant ainsi référence au soutien apporté par le maire de Bordeaux à la candidature du centriste François Bayrou à la mairie de Pau. Un épisode que s'est aussi empressé de rappeler le vice-président de l'UMP Thierry Mariani sur Twitter ce lundi. "Après avoir soutenu Bayrou quand l'UMP soutenait son propre candidat à Pau, Alain Juppé est-il le mieux placé pour donner des leçons à Henri Guaino ?" s'est-il interrogé. Alors que débute officiellement la campagne pour les européennes ce lundi, les divisions n'en finissent pas d’empoisonner l'UMP.