C'est un scénario atroce que la mère infanticide a livré aux enquêteurs. Une habitante de Drancy (Seine-Saint-Denis), placée en garde à vue mardi, a reconnu avoir "boxé" son petit garçon de 22 mois avant de le faire tourner dans une machine à laver. Des faits relatés dans Le Parisien ce dimanche qui dépassent l'entendement.

Après avoir violemment frappé et projeté au sol son enfant, la jeune femme de 28 ans a eu ce geste fou pour faire tenter de faire disparaître les traces de violences sur son corps. Elle aurait déshabillé son fils qui ne bougeait plus avant de le placer dans le tambour du lave-linge et d'enclencher un programme. Le psychiatre qui l'a expertisée a pourtant écarté toute crise de démence. Ce n'est qu'après l'avoir sorti de la machine, qu'elle aurait réalisé avoir commis l'irréparable.

"De mauvais poil"

Elle a alors appelé son mari qui a découvert le bébé couvert d'hématomes. Les médecins des urgences, où le père avait immédiatement conduit l'enfant, n'ont pu que constater son décès. L'autopsie a révélé que la petite victime était déjà morte lorsque sa mère l'a enfermée dans la machine à laver. Durant son audition, la mère a simplement expliqué qu'elle était rentrée "de mauvais poil" et s'était défoulée sur son enfant "par rage". Des sources proches de l'enquête ont précisé au journal qu'après le drame, "elle pleurait surtout sur son sort".

La famille décrite comme "socialement carencée" n'était pas suivie par les services sociaux. Mais le père avait décidé de sa propre initiative d'éloigner du foyer familial leur premier enfant pour le protéger des violences de sa mère. Âgé de cinq ans, le petit garçon vivrait actuellement en Algérie. A l'époque, aucun signalement n'avait été fait.