Parmi les bonnes résolutions de 2013, il y en a une que le gouvernement a érigée en priorité : l'emploi. Preuve de sa "mobilisation totale", selon le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ce ne sont pas moins de deux séminaires qui s'ouvrent ce vendredi : un à l'Elysée, en petit comité, en présence notamment de Michel Sapin (Travail), Jérôme Cahuzac (Budget) et Pierre Moscovici (Economie), puis un à Matignon à 11 heures 30 avec le gouvernement au grand complet.

François Hollande a donné sa feuille de route la veille. Demandant aux membres du gouvernement d'"agir en équipe", il leur a fixé "trois objectifs" : "inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année", "préparer l'avenir" via "une stratégie d'investissements" et "mettre la jeunesse au cœur de nos priorités". Message reçu par le soldat Ayrault. A l'issue du premier séminaire ce vendredi, s'exprimant sur le perron de l'Elysée, le Premier ministre, se définissant comme "un chef d'équipe", a promis que "tous les efforts seront entrepris".

Opération communication

Les objectifs sont là. Pas moins de quinze projets de loi seront présentés dans les mois à venir. Le Premier ministre a rappelé, lors du Conseil des ministres jeudi, l'objectif d'insérer 100. 000 jeunes dans l'année dans le cadre des emplois d'avenir et celui des contrats de génération censés permettre 500 000 embauches de jeunes en CDI et autant de seniors maintenus dans l'emploi. Ce dernier dispositif sera discuté dès la rentrée parlementaire de janvier. 

Le gouvernement espère en outre un accord "ambitieux" sur la sécurisation du travail, qui pourrait intervenir dès la semaine prochaine à l'issue de la négociation entre les partenaires sociaux, prévue le 11 janvier, et qui aboutira à une loi. En avril se tiendra également un séminaire gouvernemental pour dresser un premier bilan du pacte pour la compétitivité et l'emploi, adopté le 6 novembre.

A l'issue du second séminaire, pas d'annonces, mais – encore une fois – un message de "détermination" : "si nous voulons réussir, nous devons nous retrousser les manches", a insisté Jean-Marc Ayrault. Les ministres devront ainsi aller sur le terrain, "dans toutes les régions de France", pour faire preuve de pédagogie et "expliquer aux Français la politique du gouvernement". 2013 sera donc l'année de la "pédagogie gouvernementale". Pour maintenir son cap de relancer l'économie du pays d'ici la fin de l'année, ce dont doutent nombre d'économistes, il faudra en effet convaincre les Français et soigner son image, déjà bien écornée. Premier signe de cette opération séduction : le lifting médiatique de l'exécutif ce matin sur Twitter. Le gouvernement est en action, et veut le faire savoir.