La coûteuse tournée africaine de Barack Obama devait être placée sous le signe de la coopération économique avec le continent noir, mais force est de constater qu'au moins en matière de communication, la dégradation de l'état de santé de Nelson Mandela, pour ne pas dire sa lente agonie, a changé la donne. Il n'est plus question que de cela et de savoir si le premier président noir des Etats-Unis va se rendra au chevet du père de la nation arc-en-ciel, lui-même premier président noir de son pays et comme lui lauréat du prix Nobel de la Paix. Aux dernières nouvelles, ce ne sera pas le cas.

Pas besoin de photo

A bord de l'avion présidentiel Air Force One, parti vendredi de Dakar pour Pretoria, Barack Obama n'avait pas exclu une visite au "héros" à qui il avait rendu un vibrant hommage la veille, mais il soulignait : "Je n'ai pas besoin d'une photo avec lui. La dernière chose que je veux faire, c'est être indiscret à un moment où la famille est inquiète". Et d'ajouter aux journalistes accrédités "pour l'heure, notre souci principal, c'est son bien-être, son confort et celui de sa famille".

Alors que le président américain devait s'entretenir avec son homologue sud-africain Jacob Zuma ce samedi matin et, après une conférence de presse commune, se rendre à la rencontre notamment d'étudiants à Soweto, l'un des "townships" où la résistance contre l'apartheid fut la plus active et la plus réprimée, un responsable de la Maison-Blanche a fait savoir que M. Obama n'irait pas au chevet de "Madiba".

Des voeux à la famille

"Le président et la Première Dame vont rencontrer en privé des membres de la famille Mandela pour leur présenter leurs voeux et leurs prières en ce moment difficile", en revanche, "par égard pour la paix et le confort de Nelson Mandela, et pour les souhaits de sa famille, ils n'iront pas à l'hôpital" a indiqué ce responsable sous couvert d'anonymat.

Mandela n'en sera pas moins au coeur de sa visite en Afrique du Sud. "Le président va parler de l'héritage de Nelson Mandela, et cela va occuper une grande part de notre temps", a indiqué le conseiller adjoint à la sécurité américain, Ben Rhodes. Dimanche, M. Obama de passage au Cap doit visiter le bagne de Robben Island où Nelson Mandela a passé 18 de ses 27 années de détention et où il a probablement contracté les lésions aux poumons qui, outre son grand âge, sont la cause de ses infections pulmonaires à répétition.

Une grande amélioration ?

L'état de santé actuel de Madiba, sous assistance respiratoire, est incertain, en l'absence de communication officielle depuis deux jours. Il était donné mourant d'un instant à l'autre mercredi, mais sa fille aînée, Makaziwe, a indiqué le lendemain qu'il réagissait toujours à la présence de ses proches, du regard ou de la main.

Hier, lors d'une étonnante conférence de presse improvisée, l'ex-femme de Nelson Mandela, Winnie Madikizela-Mandela, a assuré qu'il était prématuré pour les médias de parler de l'icône de la lutte contre l'apartheid au passé. "Cliniquement, il ne va toujours pas bien" a-t-elle dit, mais, "par rapport à comment il était il y a quelques jours, il y a une grande amélioration".