Crise de démence ou rituel macabre ? C'est la question à laquelle devront répondre les enquêteurs de Saint-Benoît, en charge d'une affaire sordide ce mercredi. Le corps d'un enfant de 4 ans a en effet été découvert décapité et calciné dans une niche à chiens dans la cour d'une maison familiale de cette petite commune située sur la côte est de l'île de la Réunion.

Vers 3h00 du matin, selon le site du Journal de La Réunion qui a révélé l'information, la mère aurait découvert le corps mutilé de son enfant et prévenu les voisins pour qu'ils alertent les gendarmes. Un cordon de sécurité a été installé autour de la maison. Selon les premiers éléments de l'enquête, le père de l'enfant est suspecté d'être l'auteur du crime. Agé de 38 ans et connu pour sa fragilité mentale, il aurait été pris d'une crise de démence durant la nuit de mardi à mercredi et aurait pris pour cible le petit garçon.

"Une véritable boucherie"

La gendarmerie a indiqué que l'individu avait été interpellé et que la mère de la victime, en état de choc, hospitalisée. Leurs auditions respectives permettront peut-être de faire la lumière sur ce qui pourrait bien être "un sacrifice humain", selon un témoin interrogé par le Journal de la Réunion. Des traces de rituels, notamment du sel et du safran, auraient été relevées sur les portes du domicile par les forces de l’ordre. Un second témoin a quant à lui qualifié la scène du crime de "véritable boucherie."

La maison se situe dans un petit ravin accessible uniquement à pied, dans le quartier populaire de Beaulieu. Ce dernier est sous le choc. Les abords de la maison ont été bouclés par les gendarmes pour permettre les investigations, et des techniciens de l'identification criminelle ont été dépêchés sur place. Sabrina, une mère de famille d'une trentaine d'années, qui habite dans le voisinage a décrit le suspect à l'AFP: "Ce gars là me faisait peur, il avait une réputation d'homme violent, incontrôlable. Il buvait beaucoup". Une autre voisine, qui a souhaité rester anonyme, a dit n'avoir "jamais eu de problème avec lui" mais a affirmé qu'il était "grossier et vulgaire quand il avait bu".