Coup de filet dans les milieux djihadistes en Espagne. La police espagnole a annoncé l'arrestation de sept personnes qui seraient en lien avec les organisations terroristes Al-Qaïda et Etat islamique (EI). "Cinq sont de nationalité espagnole, d'origine syrienne, jordanienne et marocaine, et deux sont de nationalité syrienne et marocaine", a-t-elle précisé dans un communiqué.

Fabrication d'explosifs

Interpellées à Valence et Alicante (est) et dans l'enclave espagnole de Ceuta au Maroc, elles sont notamment soupçonnées d'avoir envoyé du matériel aux groupes djihadistes. L'un des suspects organisait par le biais d'une entreprise l'envoi en Syrie et en Irak "de matériel militaire, de l'argent, des équipements électroniques et de transmissions, d'armes à feu et de précurseurs utilisés pour la fabrication d'explosifs", a indiqué la police. Des envois expédiés dans des conteneurs fermés, sous couvert d'aide humanitaire, et financés par de l'argent qui leur parvenait via la hawala, un système islamique informel de transfert de fonds, plus discret que les envois classiques.

Le "leader" du réseau avait en outre des relations "constantes" avec un membre de Daech, qui lui aurait demandé à plusieurs reprises de recruter des femmes en vue de les marier à des djihadistes en Syrie, poursuit la police. Ces interpellations interviennent dans le cadre d'une enquête menée depuis 2014 sur la "structure à l'étranger des organisations terroristes de nature islamiste Jabhat al-Nosra (Front al-Nosra, branche d'Al-Qaïda en Syrie) et Daech (EI)". Ces structures étaient chargées d'approvisionner ces organisations en "matériel logistique indispensable à leurs activités terroristes".

EN SAVOIR +
>> Filière djihadiste vers la Syrie : Salim Benghalem condamné à 15 ans de prison
>> Procès d'une filière djihadiste vers la Syrie : "Sur place, je passe du mythe à l'horrible réalité"
>> "Plongée au cœur de la fabrique djihadiste" ou le parcours de Saïd Kouachi, devenu terroriste