Marisol Touraine a rendu public ce jeudi un "rapport d'étape" sur "l'organisation, les moyens et les conditions de réalisation" de l'essai d'une molécule qui a tourné au drame à Rennes à la mi-janvier, entraînant la mort d'un patient. "S'agissant de la conduite de l'étude et de la gestion de la crise, les inspecteurs ont relevé trois manquements majeurs", a déclaré Marisol Touraine, lors d'une conférence de presse, précisant néanmoins que ce rapport ne permettait pas pour le moment "d'identifier les causes exactes" de l'accident qui a fait un mort en janvier parmi les volontaires de l'essai.

L'essai clinique était réalisé au laboratoire rennais Biotrial pour le compte du laboratoire portugais Bial, sur des volontaires sains. L'un d'entre eux, un homme de 49 ans, a trouvé la mort dans des circonstances encore inexpliquées et cinq autres patients avaient du être hospitalisés en janvier. Si le centre de recherche rennais n'avait pas identifié de faute dans un premier temps, ce nouveau rapport pointe trois manquements majeurs du laboratoire. 

"Jamais connu en France d'accident de ce type"

"Nous n'avons jamais connu en France d'accident de ce type", avait souligné la ministre en annonçant la semaine dernière le remise de ce "pré-rapport". "A partir de là, nous regarderons si nous disposons d'éléments nous permettant de comprendre ce qui s'est passé", avait-elle ajouté.

Une enquête judiciaire est toujours en cours. Peu après cet accident, la firme pharmaceutique Janssen (filiale de Johnson & Johnson) avait suspendu un essai en cours avec un médicament expérimental de la même famille.

A LIRE AUSSI 
>> 
Biotrial, un labo exemplaire dans l'oeil du cyclone
>> 
Essai thérapeutique mortel : un événement "inexplicable" selon Biotrial