"Extrêmement déçue". C'est par ces mots que la Maison Blanche a réagi vendredi après que la Russie a décidé d'accorder jeudi un asile provisoire d'un an à Edward Snowden. Cet ancien consultant du renseignement américain, inculpé d'espionnage par son pays pour ses révélations fracassantes sur un programme américain de surveillance électronique mondiale, était bloqué depuis le 23 juin dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo.

"Nous sommes extrêmement déçus du fait que le gouvernement russe ait pris cette décision malgré nos demandes très claires, et légales, en public et en privé, de voir Edward Snowden expulsé vers les Etats-Unis pour qu'il réponde des accusations portées contre lui", a ainsi déclaré le porte-parole de l'exécutif américain, Jay Carney. Il s'agit en effet d'un camouflet pour les Etats-Unis et l'ambassadeur américain et le conseiller diplomatique du Kremlin se sont ainsi rencontrés vendredi, a indiqué l'ambassade sur son compte Twitter.

"Il a déjà décidé où il allait vivre, tout va bien"

"McFaul et Iouri Ouchakov ont discuté de la réduction des armes nucléaires, du système de défense antimissile, de la Syrie, du commerce, des droits de l'homme et du nouveau statut de Edward Snowden", pouvait-on ainsi lire. Les Etats-Unis réfléchissent au maintien d'un sommet bilatéral prévu à Moscou pour début septembre, avant le sommet du G20 de Saint-Pétersbourg, en présence des présidents russe et américain.

Du côté de Snowden tout va bien. "Il a déjà décidé où il allait vivre, tout va bien", a-t-il déclaré son avocat russe à l'agence Ria Novosti. Jeudi, il s'était rendu à l'aéroport pour remettre à son client le document attestant de cet octroi d'asile et l'accompagner lors de sa sortie. Le site d'informations populaires en ligne Lifenews a publié vendredi une photo montrant le trentenaire, grand sourire aux lèvres, en train de marcher dans l'aéroport avec un sac à dos sur les épaules et un autre sac dans les mains.