Une soirée arrosée peut laisser des traces, indélébiles si l'euphorie du moment conduit à se faire tatouer. Un acte spontané qui peut parfois nourrir des regrets. Pour lutter contre ce phénomène de tatouage impulsif, le district de Columbia a donc décidé d'ajuster sa législation. A Washington, il pourrait ainsi prochainement falloir attendre 24 heures entre le moment où un client manifeste son envie d'être tatoué et celui de l'injection d'encre sur sa peau, selon une proposition de loi.

48 heures d'attente dans le New Jersey

"Le tenancier d'un établissement d'art corporel doit s'assurer qu'aucun tatoueur ne réalise de tatouage sur un client avant que vingt-quatre heures ne se soient écoulées à partir du moment où le client a demandé à être tatoué", prévoit notamment la proposition de loi. Cette dernière entend également interdire à un client sous l'emprise d'alcool ou de drogue de se faire tatouer ou percer, une politique déjà appliquée par la majorité des magasins spécialisés, souligne la radio Wamu 88.5.

La mesure, qualifiée de "ridicule" par Paul Roe, tatoueur dans la capitale américaine, n'est pourtant pas inédite aux Etats-Unis. A Greenwich, dans le New Jersey, il faut par exemple attendre 48 heures avant de pouvoir se faire tatouer. De quoi mûrir sa réflexion avant de prendre sa décision.