Un républicain prend les rênes du FBI. Ancien responsable de l'administration Bush, procureur et spécialiste de la sécurité nationale pendant plus de 20 ans, James Comey est le nouveau patron du bureau fédéral d'investigation (FBI) depuis le 4 septembre. Investi par Barack Obama ce lundi, ce républicain de 52 ans succède à Robert Mueller, qui part à la retraite après douze années de service.

Cet ancien adjoint au ministre de la Justice a su se faire apprécier des démocrates, qui l'ont élu avec 93 voix en sa faveur et une contre, le 29 juillet dernier, pour un mandat de dix ans. Préféré aux autres "favoris" comme Lisa O. Monaco, conseillère anti-terroriste d'Obama depuis janvier, James Comey a convaincu le président américain par ses compétences et son expérience. Il est aujourd'hui à la tête du principal service fédéral de police judiciaire et d'un service de renseignement intérieur. L'homme devra aussi faire face à un tout autre problème : gérer les sévères coupes budgétaires.

Contre la NSA et pour le mariage homosexuel

En 2004, il avait menacé de démissionner de son poste au département de la Justice, afin de forcer la Maison Blanche à modifier un des programmes secrets de surveillance de l'Agence nationale de sécurité (NSA), mis en place après le 11-Septembre. Il avait fini par quitter l'administration l'année suivante pour rejoindre le géant de la défense Lockheed Martin. Il a ensuite rejoint de 2010 à 2013 Bridgewater Associates, un important fonds d'investissement, avant d'intégrer le conseil d'administration de la banque britannique HSBC.

En 2013, il a soutenu le mariage homosexuel dans le cadre d'un procès en Californie qui est remonté jusqu'à la Cour Suprême. Fort de sa longue expérience dans le domaine de la sécurité nationale, il a su plaire au parti démocrate et veut, dans les premiers mois, " apprendre de ses agents et écouter ses analystes ".