"C'était un accident, un très grave et horrible accident". Daniel Chong, 25 ans, a frôlé la mort et ne doit son salut qu'à son urine grâce à laquelle il a pu s'hydrater. Durant cinq jours, cet étudiant de l'université de San Diego (Sud de la Californie) a été oublié dans une cellule de l'agence anti-drogue américaine (DEA). Son avocat, Eugene Iredale, a annoncé mardi que l'étudiant allait recevoir environ 3,1 millions d'euros par le gouvernement fédéral comme dédommagement, rapporte le Los Angeles Times. Son client souffre en effet de trouble de stress post-traumatique et doit suivre une lourde psychothérapie.

Tout a commencé le 20 avril 2012, lors d'une soirée festive au cours de laquelle ce jeune étudiant en ingénierie est allé fumer des joints avec ses amis dans une maison près du campus de l'université. Il se retrouve embarqué par la DEA, cette dernière ayant trouvé des quantités de pilules d'ecstasy et champignons hallucinogènes dans la demeure, sous surveillance depuis plusieurs jours. Daniel Chong est placé en garde à vue avec huit autres personnes. Après avoir été brièvement interrogé, on l'informe qu'il sera relâché sous peu.

Cris sans réponse

Son calvaire durera cinq jours. Enfermé dans une pièce sans fenêtre ni toilettes de 1,5 mètres sur 3, il perd très vite du poids, ne pouvant se sustenter, et parvient à s'extirper de ses menottes. Il essaye tant bien que mal de casser une alarme incendie pour s'hydrater, en vain. Et se retrouve contraint de boire son urine. Il tente d'appeler à l'aide en criant mais a pour seule réponse le silence. Daniel Chong souffre d'hallucinations et passe ses deux derniers jours de détention dans le noir total. Dans un geste de désespoir, il brise ses lunettes et marque "désolé maman" sur son bras. Lorsque des employés de la DEA découvrent Daniel Chong, il est recouvert de ses matières fécales et dans un état sévère de déshydratation. Il passera cinq jours à l'hôpital.

Les raisons de ce dramatique oubli sont encore inconnues. Le Los Angeles Times explique que plusieurs explications ont été mises en avant parmi lesquelles celle selon laquelle l'agent qui a interrogé Daniel Chong ce vendredi après-midi n'était pas de la DEA et qu'en partant de l'interrogatoire, il a cru que quelqu'un d'autre se chargerait de libérer l'étudiant. Pour Eugene Iredale, cet incident "ne devrait plus jamais arriver à quiconque sur la surface de la Terre".