Et si c’était lui ? Passé le choc de la mort samedi du juge conservateur de la Cour suprême Antonin Scalia, la guerre est déclarée entre Barack Obama et ses adversaires républicains concernant le choix de son successeur. Un poste stratégique qui, selon les médias américains, pourrait être attribué à Sri Srinivasan. Un juge d’origine indienne au CV impeccable, capable de déjouer les plans du Sénat dominé par les républicains.

Jugez plutôt : âgé de seulement 48 ans, ce fils d’immigrés indiens ayant grandi au Kansas a étudié dans la prestigieuse université de Stanford. Diplôme en poche, il devient le bras droit du juge J. Harvie Wilkinson III, lui-même en lice pour un siège à la Cour suprême. Dans la foulée, il devient le chef adjoint de l’avocat général. Depuis 2013, Sri Srinivan occupe depuis le siège du juge fédéral à la cour d’appel pour le circuit du district Columbia. Un poste qu’il a obtenu grâce au feu vert du Sénat, compétent en la matière. En l’occurrence, un véritable plébiscite, avec la totalité des voix (97).

A LIRE AUSSI
>>
 Etats-Unis : pourquoi la Cour suprême est devenue un enjeu majeur de la campagne présidentielle

"Soutenir le président Obama"

C’est justement sur ce précédent vote que Barack Obama pourrait s’appuyer pour promouvoir cette candidature. Car s’il possède un pouvoir de nomination en la matière, le président américain a toutes les chances d'être retoqué devant un Sénat contrôlé par les républicains. "Empêcher Sri Srinivasan d’accéder à la Cour suprême après un tel vote de confirmation (ndlr : en 2013) enverrait une image désastreuse", estime ainsi le site d'informations Slate.com. Selon un autre média américain, Politico, l’éventuel discours de nomination qu’Obama pourrait prononcer comporterait "ce ton familier de comment-pouvez-vous-désapprouver-ce-choix-autrement-que-par-des-considérations-purement-politiciennes devrait s’écrire tout seul".

Les démocrates pourraient eux aussi appuyer la candidature de ce père de deux enfants en jouant la montre. Leur chef au Sénat, Harry Reid, a en effet estimé que ce serait "sans précédent dans l'histoire récente de la Cour suprême d'avoir un siège vacant pendant un an". Dans une pétition lancée dimanche, le parti démocrate a d’ailleurs appelé à "soutenir le président Obama" pour qu'il puisse "exercer son droit (...), nommer le prochain juge de la Cour suprême".

A LIRE AUSSI >> La cour Suprême des Etats-Unis légalise le mariage gay dans tout le pays