On sait les Américains très procéduriers et leur système judiciaire ouvert aux plaintes les plus improbables. Dernier épisode en date, selon le site people TMZ, un certain Webster Lucas, réclame 1,5 million de dollars au groupe McDonald's, soit un peu plus d'un million d'euros, pour une serviette. Entre ketchup, mayo et hamburgers mal montés, on sait combien les produits de la chaîne peuvent être salissants, mais tout de même, cela fait cher du bout de papier qu'un vendeur lui aurait refusé.

Litige commercial ou racial ?

Le drame se serait produit le 29 janvier au McDo de Pacoima, en Californie. Le client, noir et ce détail a son importance, commande un menu "Quarter Pounder Deluxe", en bon français (!) un "Royal Cheese", à consommer sur place. Il est servi, mais une fois attablé le plaignant se rend compte qu'il n'y a qu'une serviette en papier sur son plateau. Trop peu à son goût. Il retourne alors au comptoir pour en réclamer d'autres, mais se fait sèchement rembarrer par un manager, qui, apparemment très près de ses serviettes, lui rétorque qu'il a déjà eu son lot.

Plus grave, selon la plainte déposée, le responsable du restaurant, désigné sous le seul prénom d'Angel, aurait proféré des propos racistes. Lui, apparemment latino-américain, aurait lâché : "Ah vous...", sous-entendu "vous les noirs", en réponse à sa remarque "J'aurais dû aller à Jack-in-the-Box [une chaîne concurrente], car je suis venu ici pour déjeuner, pas pour me disputer à propos de serviettes".

On lui propose des burgers, il veut de l'oseille

Non seulement furieux, mais dit-il émotionnellement très perturbé par cet incident et anxieux au point de ne plus pouvoir travailler, le client insatisfait a fait part de son désarroi à la directrice générale du McDonald’s, qui lui a répondu très cordialement, assurant qu'elle allait s'enquérir du dossier, la satisfaction des consommateurs étant la priorité de l'enseigne.

Après cet échange de mails, il assure être retourné voir le fameux Angel dans un esprit de conciliation et avoir été accueilli avec le même mépris et la même hostilité. Pour enterrer l'affaire, on aurait proposé à Webster Lucas des burgers gratuits. Lui réclame la bagatelle d'un million et demi de dollars pour sa peine. On attend la suite avec impatience. Un procès serait étonnant, une jurisprudence plus encore.