Ex-informaticien de la banque HSBC à Genève, Hervé Falciani a pris de gros risques en subtilisant des données sur des milliers de comptes bancaires de français cachés en Suisse. Des données transmises à la justice hexagonale en 2009, qui ont permis d'identifier quelque 9.000 titulaires de comptes à l'étranger et de procéder à de nombreux redressements fiscaux. Sauf que "cette affaire dort tranquillement chez le procureur de Paris", a regretté jeudi sur RTL Arnaud Montebourg. "Il va falloir que le procureur de Paris se réveille", a lancé le ministre du Redressement productif.

"Ces dossiers qui dorment gentiment"

"Je sais que Bernard Cazeneuve (ministre délégué au Budget, ndlr) et le ministère de la Justice ont pris des dispositions pour que nous accélérions ces dossiers qui dorment gentiment", a poursuivi l'ex-compagnon d'Audrey Pulvar. Le ministre a ensuite pris l'exemple des Etats-Unis qui, en deux ans, ont obtenu "une amende d'1,9 milliard de dollars de réparation pour les caisses publiques américaines pour cause de blanchiment" ainsi que les excuses de la filiale américaine de HSBC.

Poursuivi par la justice suisse, Hervé Falciani a été arrêté en juillet dernier à Barcelone avant d'être libéré sous caution en décembre. La justice espagnole étudie actuellement une demande d'extradition émanant des autorités helvétiques alors que son avocat a demandé à ce qu'une information judiciaire soit ouverte en France. "Mon avenir est immanquablement lié à une volonté politique. Aujourd'hui, si ce ne sont que des annonces, mon avenir est plutôt risqué. Mais, demain, si cette déclaration d'intention s'accompagne d'actes, mon avenir sera clarifié dans cette lutte", a confié, toujours sur RTL, Hervé Falciani. Un homme qui souhaite aider la France à lutter contre les paradis fiscaux et qui demande à cette dernière sa protection après avoir obtenu celle de l'Espagne, à qui il a permis de détecter 250 millions d'euros d'avoir dissimulés.