Le phénomène est certainement aussi inefficace qu'il est dangereux. En provenance des campus britannique, le "eyeballing" consiste à se verser de l'alcool fort, du type vodka, dans l'oeil pour se saouler rapidement. Une illusion préviennent les médecins.

Dans la lignée de la tendance du "binge drinking" - s'alcooliser en buvant le plus vite possible - cette pratique reste confidentielle en France, mais le Net recense déjà plusieurs vidéos montrant de jeunes gens se mouillant les yeux d'alcool. Pour eux la douleur est évidente, l'ivresse beaucoup moins.

"On ne peut pas être ivre de cette manière", prévient le Dr Jean-Antoine Bernard, directeur scientifique de la Société française d'Ophtalmologie. "L'absorption par la muqueuse et la cornée est très faible par rapport au tube digestif", explique-t-il.

"Les jeunes qui s'adonnent à ce genre de pratique sont déjà saouls, car il faut être d'une certaine manière anesthésié pour pouvoir supporter la douleur," précise le Dr Bernard. Cela représente un danger pour la surface de l'oeil, très sensible à ce type d'agression qui peut entrainer des troubles définitifs de la vision, notamment si le liquide reste un certain temps en contact avec l'oeil".

Prudence donc. En Grande-Bretagne la presse britannique a rapporté le cas d'une étudiante de 22 ans “dont l’œil gauche sécrète des larmes en continu avec une douleur permanente”.